La 7e édition de  l’ « International tourism fair Madagascar » a pris fin hier, au Village Voara Andohatapenaka. Pour cette année, les organisateurs ont clôturé l’évènement sur une note positive. Effectivement, « par rapport à l’année dernière, nous avons constaté une nette augmentation du taux de satisfaction des participants, plus particulièrement en termes de rencontres « B to B » avec les 75 agences de voyages, médias et bloggeurs internationaux invités spécialement pour l’occasion », explique Boda Narijao,  président du Conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM). Durant les deux premières journées, les professionnels du secteur touristique malagasy ont pu rencontrer les spécialistes avec une durée d’une demi-heure pour chaque rendez-vous. En tout, plus de  200 rencontres « B to B »  (« business to business ») ont été organisées. Une occasion pour les opérateurs de faire la promotion de leurs activités respectives. « Ces rencontres ont surtout pour buts de développer les relations entre les agences de voyages du pays et celles de l’Europe, de promouvoir le tourisme dans la Grande île, mais aussi de permettre à chaque opérateur de développer sa clientèle », affirme Boda Narijao. 

Une augmentation de  15 % du nombre  de visiteurs

Une augmentation du nombre de visiteurs a également été constatée. Le salon a enregistré pas moins de 12 000 visiteurs (11 420 de visites enregistrés jusqu’à hier à midi), soit une augmentation de 15 % par rapport à l’année dernière. « Nous avons constaté que la population locale commence à s’intéresser de plus en plus au tourisme international. Et cet intérêt que porte les citoyens sera un réel avantage autant pour les opérateurs, mais surtout pour le secteur touristique de la Grande île », se réjouit le président du Conseil d’administration de l’ONTM. Il ne faut pas non plus oublier l’augmentation considérable des exposants grâce à la mise en place des villages représentant les différentes Régions du pays. Face à ces résultats, les organisateurs sont plus que satisfaits et espèrent encore s’améliorer pour la prochaine édition.   

Rova R.

Publié dans Economie

L’insécurité règne dans le pays. Une situation qui favorise les vindictes populaires. Depuis quelques années, la communauté punit elle-même les délits sans faire appel aux Forces de l’ordre ou à la Justice. La vindicte populaire est devenue un acte banal dans la société malagasy. D’après une enquête menée par le réseau de recherche panafricaine, Afrobaromètre Madagascar, entre janvier et mars dernier, 4 Malagasy sur 10 sont d’accord pour l’application de cette pratique, laquelle prévaut déjà dans les localités de résidence de 26 % de la population.

Publié dans Société

Chaque année, l'événement se professionnalise et attire de plus en plus de public. Malgré qu'il n'y ait pas eu d'invités internationaux, les mélomanes étaient toujours au rendez-vous et on sent vraiment une belle tension et communication entre les artistes et le public qui n’était pas forcément amateur de ce genre musical. Ainsi, pendant 4 jours, les artistes, musiciens malagasy ont donné la meilleure d'eux-mêmes sur scène en jouant non seulement pour le plaisir de l'assistance mais surtout pour leur propre plaisir.

Publié dans Culture
dimanche, 03 juin 2018

La une du 04 juin 2018

Publié dans La Une

Comme il fallait s'y attendre, un nouveau membre de la commission électorale (CEN) a été mis en place. 14 ligues régionales ont dit «  oui » dont cinq ont dit « non », sur les 19 lors de l'assemblée générale ordinaire de la Fédération malagasy de football tenue ce week-end au Paon d'Or Ivato. Et ce selon la recommandation de  la Fédération internationale du football amateur (FIFA) dans sa lettre signée par sa secrétaire générale, Fatma Samoura, en date du 17 mai. Les trois ligues régionales à savoir Vatovavy Fitovinany, Haute-Matsiatra, Bongolava, qui n'ont pas encore fini leur élection, ont été privées de la réunion.

Publié dans Sport

Le fils d'un grand opérateur touristique de la Capitale a été  kidnappé hier à Andakana Ambohidratrimo sur la route nationale 4 vers Mahajanga. La victime, un Indopakistanais, d'une quarantaine d'années, a été enlevée par quatre inconnus sur le parking du golf du Rova vers 15h30.

Publié dans Politique

La Gendarmerie a encore perdu un élément de plus dans ses rangs, toujours lors d’une embuscade l’ayant opposé aux « dahalo ». Il s’agit du gendarme de 2e classe nommé Tsimiampiky. Il a reçu des balles à la fois sur les tempes, le corps ainsi que les jambes. Ce drame s’est produit vers 4h du matin, le 2 juin dans le « kizo » de Behoro, quartier de Masiakampy, District de Miandrivazo.  La victime qui a travaillé au poste avancé d’Isalo, se trouvait sur les berges d’une rivière et était sur le point de monter dans une pirogue, dans la logique de la poursuite de quelques bandits de grand chemin qui venaient de commettre une razzia dans la Région, lorsque les coups de feu ont éclaté. Le malheureux ne s’était guère attendu à ce que deux assaillants, des traînards qui n’ont pas pu suivre leurs acolytes durant la traversée de la rivière, soient encore dissimulés dans un fourré de végétations bordant la rivière pour ouvrir le feu sur lui. 

Publié dans Société

Le 5 juin au plus tard (Ndlr : demain). Telle a été la date indiquée par la Haute Cour Constitutionnelle pour la démission du Premier ministre et de son Gouvernement. En réponse à la demande d’avis sur la signification de sa décision du 25 mai, la HCC persiste et signe. Ainsi, dans un avis publié vendredi dernier, en son aticle 3, il est stipulé que « la cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 au plus tard ».  Aux dernières nouvelles, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana est prévu annoncer sa démission ce jour au Palais de Mahazoarivo lors de la levée de drapeau. D’ailleurs, le service communication de la Primature a déjà informé la presse sur une déclaration importante du numéro deux de l’Exécutif.  Nommé par le Premier ministre, Jean Ravelonarivo au poste de ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation le 18 avril 2014, Mahafaly Olivier succéda à son ancien patron – après démission ou limogeage (c’est selon) de celui – ci – au poste de Chef du Gouvernement le 10 avril 2016. Il aura donc occupé le poste pendant deux ans.

Publié dans Politique

A 24 heures de l’échéance imposée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) pour la dissolution du Gouvernement, la voie semble dégagée pour le Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (MAPAR) pour désigner le nouveau Premier ministre. Un énième doute vient d’être levé samedi dernier. Dans son discours à la tribune au Parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely, Maître Hanitra Razafimanantsoa, porte-parole des députés pour le changement et non moins membre du TIM ouvre clairement la porte à la désignation d’un Premier ministre proposé par le MAPAR.  « Le TIM n’est pas en conflit avec le MAPAR pour la désignation du prochain Premier ministre, il appuiera complètement le choix du MAPAR. Il s’agit d’une lutte commune. Le débat autour de l’article 54 de la Constitution (relative à la désignation du PM) est un faux problème. Nous avons dit au MAPAR de proposer les trois noms. Leurs choix seront les nôtres.

Publié dans Politique
dimanche, 03 juin 2018

Les incontournables

Tout récemment nous vous avions évoqué le cas des « incorruptibles » (« The intouchables »). Il s’agit des 73 députés pour le changement. Ils avaient décliné l’ »offre » du pouvoir HVM, une coquette somme de 50.000.000 d’ariary en contre- partie du  vote des trois projets de lois organiques relatives au régime général du Code électoral. Plutôt, ils ont exigé des débats libres avant toute démarche d’adoption. Car les dits projets  renferment, selon eux, de flagrantes contradictions vis-à-vis de la Loi fondamentale. Il fallait discuter article par article. Les barons aux cravates bleues n’en avaient cure. Les députés supposés appartenant à la majorité ayant  « marché » et accepté  «  l’offre », fort alléchante,  adoptèrent, sans le moindre souci, les projets controversés. Et nous savons tous la suite ! Présentement, les mêmes acteurs, les 73 députés d’opposition, réputés d’intouchables nous intéressent, encore et toujours, du simple fait qu’ils sont aussi  « incontournables ».

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Recherche par date

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff