A Toamasina, la Police ne badine pas avec les bandits ou autres criminels dangereux. Mardi matin, les éléments de la Force d’intervention de la Police (FIP) encadrés par le commissaire Jules Rafaliarivo ont mis définitivement hors d’état de nuire trois bandits armés dans le quartier de Tsarakofafa. La veille de cela, précisément au cours de la soirée du lundi, le sinistre trio était entré de force chez une famille d’opérateur de la filière vanille du quartier d’Analankinina Hôpital be. Les assaillants n’ont pas hésité à escalader le mur de protection pour se frayer un passage dans le domicile des victimes. Deux des bandits, qui ont porté des cagoules, étaient entrés par la force chez les locataires, un troisième était resté à l’extérieur pour y faire le guet. Dès que les deux intrus se trouvaient en face des locataires, la première question qu’ils posaient, c’était de demander où ces derniers ont pu bien cacher une cargaison de vanille, du moins selon l’information. Pendant cela, les pauvres locataires sont menacés avec des armes.  Puisqu’ils ont été tellement terrorisés, ils ont dû céder à la menace et ont laissé les agresseurs emporter 22 kg de vanille préparés qu’ils ont disposés dans des sacs. Sitôt le butin en main, ils ont  pris la poudre d’escampette, ne faisant finalement aucune victime. Le soir même, les limiers de la FIP ont déclenché les recherches. Le mardi matin 5 juin suivant, les hommes du commissaire Jules R. ont repéré puis pourchassé un assaillant  dans le quartier de Mangarivotra. Ils n’ont aucun mal à attraper le fugitif. Puis, les recherches ont continué jusqu’à ce que la Police repère les traces des 2 autres fugitifs chez eux à Tsarakofafa. Dès que ces derniers ont vu la Police approcher, ils ont ouvert le feu en visant spécialement le commissaire. Manque de pot pour le tireur : son arme s’est tout simplement enrayée ! De plus, la riposte de la Police ne s’était pas fait attendre.  Ses tirs ont mortellement atteint les deux bandits  retranchés dans leur maison.  De son coté, le troisième larron a cherché à s’échapper. Mais il fut également truffé de balles. Ce qui a permis de remettre entièrement la cargaison de vanille à son propriétaire.

Publié dans Société

Perte du contrôle de l’Exécutif, mandat présidentiel écourté.  La tournure prise par les événements ne plaide pas en faveur du parti à la cravate bleue qui se retrouve en très mauvaise position face aux futures échéances électorales. Une situation qui laisse penser que cette formation politique est appelée à disparaître dans un avenir plus ou moins proche.

Il y a quelques mois encore, le régime HVM balayait d’un revers de la main toute idée d’une élection présidentielle anticipée, réclamée par une frange de l’opposition. A cette époque, les caciques du régime étaient encore persuadés être assurés de plusieurs longs mois de pouvoir, durant lesquels ils auraient tout le temps de préparer un deuxième quinquennat qui leur permettra de faire la pluie et le beau temps dans tous les compartiments de la vie de la Nation. C’est dans cette optique d’ailleurs que le pouvoir en place s’est livré à un tripatouillage des lois électorales et à leur adoption à coup de corruption de haut niveau à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ce fut, rappelons-le, l’étincelle qui a mis le feu aux poudres et qui a pris de vitesse le HVM.

Publié dans Politique
mardi, 05 juin 2018

Le plus dur reste…

Effectivement, le plus dur reste à faire ! Pas de temps à perdre, passons aux choses sérieuses. Le premier et le plus difficile test qui attend le nouveau Premier ministre (PM) réside dans le montage de l'équipe gouvernementale. Tous les observateurs de s'interroger : le désormais ancien représentant du Bureau international du travail (BIT) saura-t-il composer avec son « partenaire obligé », le MAPAR qui, au passage, rappelons-le, l'avait fait roi et le reste au sein des 73 députés. Ayant obtenu la majorité à l'Assemblée nationale aux élections de 2013, la formation politique de l'ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, le MAPAR suivi de près du TIM, du MMM et certains Indépendants composeront l'ossature principale du Gouvernement.

Publié dans Editorial

Ce fut un colonel Lylison René de Rolland légèrement amaigri qui est venu assister à son nouveau  procès hier au Tribunal d’Anosy. A sa sortie de la salle d’audience, le sénateur élu sous la bannière MAPAR a esquissé un sourire suite à son acquittement décidé par le Tribunal. Ayant déjà fait l’objet d’un mandat d’arrêt en 2016, l’ancien directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS), fut condamné au mois de février 2017 à un an de prison ferme par le Tribunal correctionnel d’Antananarivo pour atteinte à la sûreté de l’Etat, entre autres.  Au lendemain de sa condamnation, la famille du parlementaire n’a pas tardé à faire opposition en notifiant les membres du bureau permanent au Palais d’Anosikely. « Selon la loi, l’opposition à une condamnation en l’absence du prévenu (Ndlr : Condamnation par défaut) a un effet suspensif de la décision », explique Rakotondrajao Armand Fredon. Et de poursuivre que « après cette opposition, nous avons reçu une convocation du Tribunal pour un procès. Nous avons présenté notre défense en démontrant le caractère illégal de la décision de justice à l’encontre de mon client ».

Publié dans Politique

La passation de service entre le nouveau Premier ministre Ntsay Christian et son prédécesseur Mahafaly Solonandrasana Olivier aura lieu ce jour dans la matinée au palais d'Etat de Mahazoarivo. L'information a déjà été confirmée par les responsables de la Communication à la Primature et par les proches du nouveau PM. Le Premier ministre aura pour première mission de former la nouvelle équipe gouvernementale. En parallèle à sa nomination, les consultations pour la composition d'un nouveau Gouvernement de consensus auraient déjà débuté. Le nouveau patron de la Primature dispose de sept jours à compter du jour de sa nomination pour nommer ses ministres.

Publié dans Politique

Un léger brouillard. C'est l'expression utilisée par Maître Hanitra Razafimanantsoa au cours d'une interview donnée à la presse, hier dans l'après-midi à l'Hôtel de ville pour expliquer les tensions nées entre les députés pour le changement issus du « Tiako i Madagasikara » (TIM) et ceux du « Miaraka amin'ny prezida Andry Rajoelina » (MAPAR)  suite à la nomination du Premier ministre. Un brouillard qui a vite été dispersé.

Publié dans Politique

Le sélectionneur de Madagascar, Franklin Andriamanarivo, affirme que son équipe peut battre la Zambie en demi-finale de la coupe COSAFA de 2018, ce mercredi, au nouveau stade Peter Mokaba à Polokwane. Les deux équipes s’affronteront pour la première fois le 6 juin, à 18h heures malagasy, depuis leur participation à cette compétition depuis 17 ans. Madagascar, qui s'est qualifié pour les huitièmes de finale avec deux victoires et un match nul, a éliminé le Bafana Bafana aux tirs au but après un match nul en quarts de finale le 3 juin à Peter Mokaba.

Publié dans Sport

A quelques semaines de la célébration du 26 juin, les marchés urbains dont Analakely, 67 ha, et Anosy sont envahis par des articles en provenance des pays asiatiques, surtout de la Chine.  Les produits acheminés à Madagascar sont de plus en plus variés. Ce sont en particulier des objets lumineux fonctionnant avec des piles et des lampions modernisés, ainsi que des lampions traditionnels malagasy, communément appelés « arendrina ». En effet, les produits locaux sont concurrencés voire négligés au détriment des articles importés.

Publié dans Société

Responsabilité sociétale des entreprises. A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, la société Ravinala Airports, gestionnaire des aéroports d’Ivato et de Fascène à Nosy Be, a réaffirmé son engagement pour la préservation de l’environnement et de tous les éléments qui l’entourent. Ainsi, pour cette année, elle a tenu à impliquer les quatre Communes situées à proximité de l’aéroport d’Ivato, à savoir celle d’Ivato, Talatamaty mais aussi Anosiala et Ambatolampy Tsimahafotsy.

Publié dans Economie

Il y a quelques années, il était encore méconnu du grand public mais avec le temps, le groupe qui était sacré lauréat du concours tremplin Madajazzcar en 2013 est vite devenu célèbre. Avec Mah Band et Ahoy, ils se sont attaqués il y a quelques années, à un monument de la chanson française : Claude Nougaro. Une interprétation qui en a surpris plus d’un. Maintenant, Jazz Quart est bien réputé non seulement auprès des mélomanes amateurs de jazz mais aussi dans d’autres genres musicaux puisque la plupart de ses membres jouent dans d’autres groupes, ce qui rend également leur nom bien connu de tous. 

Publié dans Culture
Page 1 sur 2

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Recherche par date

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff