Les responsables auprès du Recensement général de la population et de l'habitat, 3e édition (RGPH 3) auprès de l'Institut national de la statistique (INSTAT) rencontrent des difficultés dans l'exercice de leur fonction. En effet, un problème financier se constate dans plusieurs localités. 31 192 agents recenseurs opèrent dans la Grande île. Ils sont répartis depuis le 25 mai dernier dans tout le territoire pour démembrer la population. Depuis le début, des plaintes sur le non-paiement de leurs compensations ont été reçues.

Publié dans Société

Nirina Andrianjoelison dit Raniry vient de rejoindre le staff technique de la CNaPS sport Itasy à titre de coach assistant de Typet Andriambololona. Un poste qu'il a accepté avec humilité malgré son palmarès que ce soit au niveau régional, voire certains clubs qu'il a dirigés. Après avoir dirigé l'As Adema, après son court passage dans l'équipe pour cette saison, Raniry a une vision plus loin. Aider la CNaPS sport, l'une des plus grandes équipes de Madagascar en Afrique, qui mérite de bénéficier de ses expériences et d'aller le plus loin possible dans les compétitions quelles qu'elles soient, vu les efforts des dirigeants du club.

Publié dans Sport

L'audace d'une femme de 45 ans, qui a tué de sang froid sa fillette de 3 ans, la benjamine d'une fratrie de 4 enfants, n'en finit pas de révolter l'opinion, aussi bien pour les habitants d'Ambodiampanga à Itaosy où la victime fut domiciliée. Hier, la mère de famille, après son audition par la Police, fut alors placée sous mandat de dépôt à Antanimora, en attendant d'être jugée. Des experts avancent qu'elle aura donc une forte chance d'encourir une très lourde peine se traduisant par une réclusion criminelle à perpétuité, comme les articles 299 et 302 de la loi en vigueur le stipule. Et cette lourde peine est applicable à tout père ou à toute mère de familles incriminées d'infanticide.

Publié dans Société

Limogé mardi dernier, Mahafaly Solonandrasana Olivier a quitté définitivement son poste de Premier ministre hier après l’avoir  occupé pendant deux années. Il s’est vanté durant la passation de service avec son successeur, Ntsay Christian, comme étant le Premier ministre ayant tenu le plus  longtemps les clés du palais de Mahazoarivo durant ce mandat de Hery Rajaonarimampianina. Une pique lancée à l’endroit de ses prédécesseurs à savoir Kolo Roger et Jean Ravelonarivo, victimes de la guerre d’influence des Palais. Et pourtant, à voir de très près le bilan de Mahafaly Olivier Solonandrasana à la primature, force est d’admettre qu’il est entaché de scandales et de défaillances manifestes ternissant encore plus l’image du régime Rajaonarimampianina en général et de Madagascar en particulier.

Publié dans Politique

S’il s’est refusé à tracer le programme d’action de son gouvernement, le nouveau chef du gouvernement Ntsay Christian a dressé les grandes lignes prioritaires de son action, hier à l’occasion de la passation de service entre lui et son prédécesseur.   Le successeur de Mahafaly Solonandrasana à Mahazoarivo cite comme priorité des priorités la préparation des élections inclusives transparentes et crédibles dont les résultats seront  acceptés par tous.  « Il est désormais urgent de transformer notre volonté en action et de publier les textes réglementaires relatifs aux élections en particulier  d’arrêter la date précise pour la tenue de celle-ci »,  commente-t-il. L’important selon le nouveau patron de Mahazoarivo est d’éviter toute crise postélectorale.  Outre les élections, la restauration de la paix sociale, l’instauration d’un climat de sécurité et la lutte contre la corruption sont les autres priorités citées par le nouveau Premier ministre. Il signale également la stabilisation du climat des investissements et l’environnement affaires ainsi que le développement de la partie sud de Madagascar, la mise en œuvre de mesures préconisées pour lutter contre la peste. Et lui d’appeler à cet égard les partenaires techniques et financiers à concrétiser leurs engagements vis-à-vis de la Grande île. Le Premier ministre sortant, Mahafaly Solonandrasana Olivier a officiellement passé le témoin hier au Palais d’Etat de Mahazoarivo au tout nouveau chef du gouvernement Christian Ntsay. Cette passation de service intervient deux jours après la publication du décret portant nomination de ce dernier. A 9 heures précises, conformément au programme protocolaire, le nouveau chef du gouvernement est arrivé à  Mahazoarivo. Il a été accueilli par son prédécesseur.  Les chefs du gouvernement sortant et entrant se sont entretenus pendant quelques minutes à huis-clos dans les bureaux pour les conseils d’usage. 

Remerciements au  président Rajoelina

Après une heure d’échange, les deux personnalités ont procédé à la signature du procès verbal de passation de service sur l’esplanade de la Primature. Cette signature a été suivie des discours qui ont été prononcés en présence de tout le personnel de la Primature, les chefs d’institution et les membres du corps diplomatique venus nombreux pour l’occasion. Notons également la présence des députés du MAPAR, des leaders des entités politiques au sein de l’ARMADA dont Hajo Andrianainarivelo, Jean Louis Robinson ou encore Camille Vital. Norbert Lala Ratsirahonana ou encore Marcel Ranjeva ont aussi été vus à cette cérémonie.  Les membres démissionnaires de l’ancien gouvernement, lesquels ont également été sur place. Ces derniers ont évité d’arborer les habituelles cravates bleues du parti au pouvoir. La plupart se sont par ailleurs éclipsés en catimini dès la fin des discours…Le nouveau PM Christian Ntsay, prenant la parole, a en tout cas également adressé les remerciements d’usage. Il a particulièrement remercié le parti MAPAR et son président M.Andry Rajoelina ainsi que l’ensemble des députés qui l’ont soutenu.  Au cours d’une brève conférence de presse, à la suite de la passation de service, Christian Ntsay d’affirmer qu’il était ouvert à tous. Il indique être à pied d’œuvre pour la formation du prochain gouvernement, qui sera, martèle-t-il, un gouvernement de consensus. Il assure que cette nouvelle équipe gouvernementale sera sur pied « dans pas longtemps ». Par rapport au fait qu’il ait été proposé par le MAPAR, il affirme que c’est l’intérêt supérieur du pays qui l’exige. « Il ne s’agit pas de moi, il s’agit d’abord du pays », dit-il.  Pour ce qui est de la date des élections, celle-ci sera concertée avec le gouvernement qui sera mis en place et fixée conformément à la décision de la HCC en date du 25 mai dernier.

La rédaction

Publié dans Politique

« Malagasy ny antsika ». Le Salon de l'industrie de Madagascar (SIM) se déroulera du 21 au 24 juin prochain. Pour cette 4e édition, les organisateurs veulent se concentrer particulièrement sur l'accompagnement des jeunes. Une assistance qui va leur permettre de développer au mieux leurs entreprises.

Publié dans Economie

Manœuvre dilatoire, encore et toujours ? Tel semble être le maître – mot qui guide les actions du Président Hery Rajaonarimampianina depuis la sortie de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle, le 25 mai dernier. Alors que la résolution de la crise dans les plus brefs délais est sur toutes les lèvres, le Chef de l’Etat n’aurait pas la même priorité. En s’étant quasiment fait prier pour nommer le nouveau Premier ministre, le locataire d’Iavoloha joue également avec le temps dans la formation du Gouvernement. Rappelons que d’après l’article 6 de la décision de la HCC, il est clairement stipulé que « le Président de la République nomme les Ministres sur proposition du Premier Ministre, dans un délai de sept (07) jours pour compter de la nomination du Premier Ministre, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution  et aux termes  de l’Avis n°01-HCC/AV du  17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/AR.14 du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4ème République ». Ce qui signifie que l’avantage dans la nomination des ministres appartient, une fois de plus, aux partis majoritaires à l’Assemblée nationale comme le MAPAR ou le TIM.

Publié dans Politique
mercredi, 06 juin 2018

Mission exceptionnelle

Pendant que le Premier ministre de consensus, Ntsay Christian, « bosse » laborieusement à former son équipe, il nous parait judicieux de recadrer, une bonne fois pour toutes, la nature de l’existence de son Gouvernement. D’abord, nous tenons à activer la sonnette d’alarme au danger qui guette le PM à travers la  délicate charge pour monter l’échafaudage du  Gouvernement. Il devrait être très sollicité par certains membres éhontés du microcosme politique local qui font des pieds et des mains pour être casés. Courtisé dans toutes parts, Ntsay Christian devrait faire preuve de discernement pour ne pas  tomber dans le piège des prédateurs de fauteuils. La reconquête du paradis perdu s’impose !  Au juste, en quoi consiste la raison d’être de ce Gouvernement dit de consensus ?

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Recherche par date

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff