Installé auprès de 8 aéroports malagasy depuis 2018. Le système « E-visa » permet la délivrance de visas électroniques aux étrangers non-immigrants de passage à Madagascar. Ce moyen de contrôle, conçu et mis en œuvre par la société malagasy « MadaOzi » contribue non seulement à augmenter le nombre de touristes venus visiter le pays, mais il permet également le renforcement de la sécurité et assure la traçabilité des recettes de l’Etat. « Après une mise en régie suite aux conflits internes auprès de l’AMETIS, le ministère de la Sécurité publique, en tant qu’autorité délégante, nous a choisis comme société délégataire de la délivrance de visas électroniques. Une convention y afférente a été signée et ce pour une durée d’exploitation de 10 ans », informe Michel Lazasoa, directeur général de ladite société malagasy. Celle-ci, en tant qu’ancien sous-traitant d’AMETIS, s’est chargée du développement de toutes les techniques d’accueil des touristes, de la délivrance des visas électroniques ou encore de l’opérationnalisation du réseau de connexion auprès des aéroports. La société emploie une quarantaine d’employés, dont des jeunes techniciens qui ont développé le logiciel du projet « E-visa ».

Publié dans Société

Pour une période d’essai. Une délégation du ministère de l’Environnement et du Développement durable, composée du ministre lui-même ainsi que de son secrétaire général,  des directeurs de l’environnement et des forêts ainsi que du développement durable, a effectué une descente sur terrain dans le fokontany d’Andranokoditra, samedi dernier. L’idée principale étant de rencontrer l’association « Razan’ny Vohibola » ainsi que le « fokonolona » des quatre fokontany autour de la forêt de Vohibola. Au cours des différents échanges, Alexandre Georget, ministre de l’Environnement et de Développement durable, a ainsi décidé de désigner ladite association comme gestionnaire officiel des lieux. « Auparavant, l’association « Razan’ny Vohibola » a déjà géré ce site. Toutefois, les membres n’ont pas respecté le cahier de charges se référant à la protection des forêts. Cependant, après des grandes discussions et débats, nous avons décidé de leur confier à nouveau la gestion de Vohibola pour un contrat d’essai d’une année. Le mois de mars de l’année prochaine, nous ferons donc une évaluation pour voir si tout a été fait dans les normes », a soutenu le ministre lors de sa descente.

Publié dans Economie

Le Sénat a connu ces derniers temps une effervescence inhabituelle. Le président du Sénat Rivo Rakotovao parle d'une trahison de ses compagnons de route. Les sénateurs, presque toutes tendances confondues, accusent leur président de faire preuve de mauvaise foi manifeste, traduite par un immobilisme  total alors que la conjoncture demande un peu plus de synergie entre les institutions de la République. Le sénateur Berthin Randriamihaingo, en n'étant plus membre de ce parti qui domine cette Chambre haute, est plus disposé à livrer une vision plus objective pour éclaircir l'opinion car, en réalité, ce qui se passe au Sénat est presque  en grande partie un tour de bras de fer entre membres même d'un parti d'abord, avant de devenir une affaire de toute une institution. Interview.
La Vérité (+) : Le bouillonnement au Sénat, ces derniers temps, a fait couler beaucoup d'encre et votre nom a été même cité pour être parmi ce que la presse appelle « les frondeurs » de la Chambre haute. Quelle serait votre version des faits ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo (=) : Si la presse interprète ce bouillonnement dans cette Chambre haute comme une manœuvre politique pour faire partir le président actuel, ce sera par ce que le Président Rivo Rakotovao l'a interprété ainsi à travers ses multiples déclarations dans la presse. En réalité, c'est une manière pour lui de jeter la responsabilité à propos du dysfonctionnement flagrant de la Chambre haute sur les sénateurs en général et quelques membres de cette institution, en particulier.

Publié dans Politique

L'information circulait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux avec  photos à l'appui. Six baobabs  endémiques de Madagascar auraient été exportés illicitement pour être plantés à Dubaï. Comme, bien entendu, les adversaires de l'actuel régime se sont relayés pour partager et commenter la publication, en s'empressant de mettre ce fait sur le compte de ce dernier.  Un quotidien de la place  (par manque de recoupement ou par excès de précipitation ?), refusant de donner du crédit à un début de démenti paru sur la Toile, tomba dans le panneau en annonçant la « nouvelle » à la Une. Il est avéré actuellement que, comme soutenu (timidement, il est vrai) par certains internautes,  les baobabs dont il s'agit proviennent effectivement d'Australie et non de Madagascar. En tout cas, c'est ce qui est en effet publié par l'entreprise ayant exporté ces arbres à Dubaï (voir capture d'écran) et qui, à voir sa raison sociale, y est spécialisée. Cette dernière est catégorique en affirmant que les baobabs qui trônent actuellement dans les Emirats Arabes unis ont pour nom scientifique « Adansonia Gregorii » tandis que ceux de Madagascar, lesquels figurent dans l'appendice 2 de la CITES en tant qu'espèce en danger, appartiennent à  l'espèce « Adansonia  Grandidieri ».

Publié dans Politique

C'est la première fois que Madagascar bénéficiera, d'un seul coup, d'une aide budgétaire de 100 millions de dollars de la part de la Banque mondiale. Auparavant, l'institution financière n'avait octroyé que 40 millions de dollars à la Grande île.  Du jamais vu. La Banque mondiale va augmenter à plus de 100 millions de dollars américains son appui budgétaire à Madagascar. L'annonce a été faite, hier dans le milieu de l'après-midi, par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, au Palais d'Etat d'Iavoloha. Ceci en marge d'une journée de travail avec le nouveau président du  Groupe de la Banque mondiale David Malpass, actuellement dans la Grande île pour son premier voyage à l'étranger en tant que chef de cette institution internationale de développement.
Il s'agit d'une première, historique, dans les relations entre Madagascar et le Groupe de la Banque mondiale. Auparavant, Madagascar n'avait en effet obtenu que 40 millions de dollars d'aide budgétaire. Un point qu'avait rappelé le Chef d'Etat malagasy Andry Rajoelina, dimanche, lors de la présentation du bilan de ses 100 jours. Destinée à oxygéner le budget de Madagascar, cette enveloppe de 100 millions de dollars est notamment le fruit des récents échanges entre le Président malagasy et le vice-président de la Banque mondiale Afhez Ghanem, en marge du Sommet de l'Union africaine au mois de février dernier. Le numéro Un malagasy avait sollicité la Banque mondiale à accroître l'aide budgétaire allouée à Madagascar. Le vice-président de la Banque mondiale avait alors exprimé sa volonté de faire tout son possible pour aider Madagascar, notamment en ce qui concerne le déblocage des fonds.

Publié dans Politique
lundi, 29 avril 2019

Carte sur table

Le Chef de l'Etat joue carte sur table. Il dévoile au grand public les micmacs « derrière la coulisse ». Une grande première dans la gestion des affaires nationales. Il passa outre la notion sacro-sainte de « Secret d'Etat ». Il mit à témoins les concitoyens des enjeux qui se trament « derrière le rideau ». Certes, l'Amiral Ratsiraka l'avait fait autant quand chassait de son lieu à Imerintsiatosika l'antenne de la NASA en 1977. Une des plus importantes antennes de la NASA dans le monde car elle couvre à elle seule toute l'hémisphère Sud. Il balançait sur la place publique toutes les informations ayant motivé la décision. Un geste que l'opinion appréciait beaucoup ! Le dernier grand show politique réussi du dimanche à Mahamasina au Palais des Sports nous retient toujours l'attention. On ne peut pas ne pas revoir certains grands sujets décryptés et développés. Au moins cinq grands thèmes ont été évoqués par le Chef de l'Etat : l'épineux problème du carburant et tout ce qui l'entoure ; l'éternelle question relative à la JIRAMA ; le salaire du secteur privé ; le financement des micro-projets à l'intention des jeunes ; la question sécuritaire. Le Président priorisait l'option de la transparence dans son exposé. Des informations, parfois délicates, ont été annoncées. Mais Rajoelina en avait voulu ainsi pour que les concitoyens prennent conscience de la délicatesse sinon la gravité de la situation et les invite à s'armer de patience s'il le faut. Le Président Rajoelina a étalé sans complaisance ni cache-cache le véritable enjeu autour de la transaction des produits pétroliers à Madagascar. Il dénonçait la mauvaise foi des compagnies pétrolières. Ils n'ont aucun scrupule à faire payer aux pauvres consommateurs locaux des prix exorbitants et injustifiés. Selon le Président, on peut très bien envisager la révision à la baisse du prix du carburant à la pompe. D'ailleurs, il va incessamment discuter avec les pétroliers sur la faisabilité de la chose.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Recherche par date

« April 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff