Nouveau rebondissement dans l’affaire de détournement au sein de la Caisse nationale de prévoyance sociale. Aux dernières nouvelles, l’enquête menée par le Bureau indépendant anti – corruption (BIANCO) a été bouclée, samedi dernier. Les investigations se sont penchées sur plusieurs faits de corruption perpétrés sur la période 2010 – 2018 et attribués aux dirigeants sortants de la CNAPS avec d’autres complices. Parmi les faits en question figurent les travaux d’une valeur de 122 milliards d’ariary pour la construction d’un centre de loisirs et du complexe sportif sis à Vontovorona. D’après les informations recueillies sur le dossier, le projet de construction avait prévu la mise en place d’un hôtel 5 étoiles doté d’un héliport qui n’a jamais vu le jour mais a pourtant fait l’objet d’un paiement sur le papier au profit de l’entreprise titulaire du marché.

Des sources au courant du dossier révèlent que la construction de ce bâtiment inachevé a conduit au paiement d'un avenant spécial d'une valeur totale de 15 914 975 885,97 ariary. Malgré les défaillances précitées, le paiement intégral de la somme en question a été fait.

Une partie de l’iceberg

Au terme des investigations sur cette affaire, sept personnes ont été déférées au Pôle anti-corruption samedi dernier pour motif de favoritisme, abus de fonction,  faux et usage de faux et de détournement de deniers publics. Parmi les suspects, des dirigeants de la CNAPS ainsi que des responsables de l'entreprise bénéficiaire des marchés attribués dans le cadre de ladite construction dont un ancien Premier ministre. A l’issue de l’audition, 4 suspects ont été placés sous mandat de dépôt tandis que trois autres mis sous contrôle judiciaire.

Après ce premier déferrement, l’enquête relative à des faits de malversations au sein de la CNAPS se poursuit. A priori, ce premier dossier n’est qu’une partie visible de l’iceberg puisqu’à l’allure des investigations en cours, d’autres affaires vont encore éclatées au grand jour.  D’autre part, l’avis de recherche contre le principal auteur cité dans cette affaire en la personne de l’ex – directeur général de la CNAPS, Raoul Arizaka Rabekoto – considéré comme en fuite depuis près d’une semaine – est toujours d’actualité.
Sandra R.

Publié dans Politique

Nouveaux venus. Samedi dernier, vers 2heures du matin, 5 passagers dont un Italien en provenance de Rome ont atterri à  Madagascar. Et les  règlementations de sécurité sanitaire établies par le gouvernement  malagasy ordonnent   leur mise en quarantaine. Ils  ont été  aussitôt amenés  au Centre hospitalier universitaire d’Anosiala (CHU) dans une  ambulance spéciale après avoir acquis les équipements de protection individuelle fournis à l’aéroport international  d’Ivato.

Les contrôles sanitaires obligatoires qui y  ont été effectués ont révélé qu’ils ne présentent pas les symptômes de l'épidémie du Covid-19. Mais, par mesure  de précaution, leur envoi  dans  une salle d’observation accueillant les passagers des pays affectés  par le coronavirus demeure obligatoire. Des équipes médicales de cet établissement sanitaire spécialisé effectuent  régulièrement auprès de ces passagers une  prise  de température et  une vérification  des plaintes fonctionnelles. Au  bout de 14 jours, si leur  état de  santé  reste inchangé,  ils pourront intégrer la communauté et rejoindre leurs familles respectives.
En plus de ces 5 individus, il restait encore l’étudiant  arrivé jeudi  dernier  en salle d’observation. Au  total donc, 6  personnes   y sont  actuellement surveillées. Les deux derniers arrivés datant du 13 février viennent de remplir les conditions sanitaires hier  et sont partis dans la matinée nous  confirme une source à  Anosiala. 

Incontrôlable.  La note d’urgence publiée le 27 février  dernier par le ministère de  la Santé publique  stipule que les compagnies aériennes, sans exception, reliant Madagascar sont contraintes de ne pas embarquer des passagers et des  équipages en provenance ou  ayant séjourné en Italie, Corée du Sud ou Iran les 14 derniers jours. Toutefois, ces passagers  sont partis de  l’Italie pour rejoindre Madagascar.  Afin d’échapper à cette interdiction, ils ont choisi de prendre le vol depuis Paris  au  lieu  d’Italie en considérant la libre circulation dans le continent européen. Ce n’est  qu’à  leur atterrissage à Ivato  que  les responsables  des frontières  aériennes ont  pu déterminer leur provenance.

A l’heure  où nous mettons  sous presse, près de 3000 morts et 87 000  personnes sont contaminées du  coronavirus dans le monde, dont 80 000 en Chine. Le pays d'Europe le plus touché est l'Italie avec 1280 infectées et 29 morts enregistrés en seulement quelques jours.  En France, il y  a  actuellement 100 cas confirmés enregistrés depuis le début de l'épidémie, apparue à Wuhan (Chine) en décembre 2019. La Corée du Sud est le deuxième pays qui compte le plus de cas d'infections au coronavirus.  Elle comptabilise 3 526 infections dont 376 nouvelles contaminations et 17 morts. 

« Lavez-vous les mains toutes les heures, éternuez dans votre coude. Utilisez des mouchoirs à usage unique. Je recommande désormais, et pour une période qui reste à déterminer, d'éviter la poignée de main ».

K.R.



Publié dans Société
dimanche, 01 mars 2020

Trop d’introuvables !

Raoul Arizaka Rabekoto disparait de la circulation. Décidément, Carlos Goen fait école à Madagasikara. Les « adeptes » de cette nébuleuse et dangereuse « école » se bousculent au portillon et augmentent au fil des jours. De quoi à inquiéter l’opinion et les observateurs. Et on s’interroge de la façon la plus logique ou normale : les responsables concernés sont-ils à la hauteur des attentes du pays ? Et la corruption et l’impunité gardent-t-elles toujours intacte leur emprise sur le système administratif ou juridico-sécuritaire du pays ? Il n’y a pas si longtemps que cela, nous avions remis en cause de façon criarde l’état déplorable lié à la porosité de nos frontières. La situation va de mal en pis. A ce rythme, ce pays qui est le nôtre risque fort de devenir s’il ne l’est pas déjà « la grande passoire de l’océan Indien » et la plaque tournante de  trafics douteux.

La longue liste de ces minables personnalités soupçonnées ou accusées de malversations graves portant atteinte mortellement aux faibles ressources du pays et qui disparaissent comme par magie de la voie publique nous agace au plus haut point d’autant plus que la maudite liste n’est point prête à clore la page.
Solonandrasana Mahafaly Olivier, l’ancien Premier ministre et chef du troisième Gouvernement cumulant le portefeuille du département de l’Intérieur et de la Décentralisation du régime HVM de Rajaonarimampianina Hery, mouillé dans des affaires de malversations causant des énormes  dégâts auprès  du fonds publics d’un montant total de 1 milliard d’ariary, disparait. Certains de ses complices ont déjà été interpellés suite aux travaux d’enquête menés par le BIANCO et le PAC.
Onitiana Realy, l’inamovible ancienne ministre de la Population et de la Condition sociale du régime HVM, ayant eu vent de l’éclaboussement sur la place publique des affaires de détournements des  deniers publics dans son ministère (Exercice 2017), ne donne plus aucun signe de vie.

Maharante Jean de Dieu, alias « Bevata », ancien ministre de la Fonction publique et ensuite de la Télécommunication toujours du régime HVM, après le constat d’irrégularités dans la gestion de l’argent public prévu à améliorer le domaine de la Communication à Toliary, est introuvable.

L’affaire Leva, Ludovic Adrien Raveloson de son vrai nom, qui défraie les chroniques embarrasse l’opinion publique. Député élu pour la seconde fois à Morondava, un nébuleux opérateur de la Région du Menabe, un milliardaire peu catholique, formellement inculpé pour des affaires malhonnêtes et de meurtre, Leva fut incarcéré à Morondava. Radié de la liste des députés, Raveloson parvient à bénéficier d’une LP et depuis malgré un nouveau mandat d’arrêt, il est en cavale. En dépit de l’appel de détresse de son épouse, l’homme reste introuvable.

Et le cas de l’ancien DG de la CNAPS, impliqué dans une grosse affaire de détournements à la Caisse nationale et frappé d’une IST, Arizaka Rabekoto réussit à se faufiler des mailles des services concernés. Lui aussi, il est introuvable !

Trop d’introuvables ! De deux choses. Ou bien, il existe quelque part une ferme volonté de jeter des peaux de banane sur le chemin du Président Rajoelina en faisant exprès d’afficher des actes compromettants (corruption et impunité)  pour salir le régime.  Sinon, ces disparitions témoignent de l’incompétence de nos FDS à maitriser la situation.
Ndrianaivo



Publié dans Editorial

Nicolas Dupuis, entraîneur national du football malagasy, vient d'annoncer la liste des Barea contre la Côte d'Ivoire pour la double confrontation opposant les deux équipes le vendredi 27 mars à l'extérieur et le mardi 31 mars à Madagascar. Le sélectionneur national est clair quant à son choix. « J'ai choisi la performance et la volonté», a-t-il déclaré. Le patron du banc de touche a confirmé son choix sur les trois nouveaux attaquants de pointe. Il s'agit du joueur d’As Virton Belgique, Alexandre Ramalingoum, du milieu de terrain de Lienfild FC Irlande, Hery Bastia et de Hakim Abdallah de l'équipe de réserve du FC Nantes. « Nous avons deux attaquants de pointe totalement différents. L'un qui joue à ras de terre et l'autre qui aime jouer en profondeur. Quant à Hery Bastien, c’est le moment opportun de le sélectionner dans l'équipe nationale. Il a une qualité qu'on a pas dans l'effectif précédent depuis la retraite de Faneva». Concernant Jeremy Morel, malgré sa blessure, je crois qu’il devrait être sur pied et reviendrait sur le terrain d’ici peu », préconise Nicolas Dupuis.
Pour la chance de qualification, nous avons toutes les cartes en main, 10points nous suffisent pour aller à la CAN. Il nous reste quatre matches alors que nous avons trois points d'avance sur deux équipes. «Certes, théoriquement l’équipe ivoirienne est beaucoup plus performante que nous, en plus c’est la quatrième équipe africaine. Mais malgré cela, on va jouer notre jeu et on va faire souffrir les éléphants à Abidjan. D'ailleurs ce match n’est pas décisif, il nous reste encore deux matches, un  contre l'Ethiopie et  un autre contre le Niger», rassure le coach.
Elias Fanomezantsoa
Gardiens :
- Melvin Adrien (FC Martigues, France)
- Ibrahim Dabo (JS.Saint-Pierre, La Réunion)

Défenseurs :
- Pascal Bapasy (JS.Saint-Pierre, La Réunion)
- Théodin  (Fosa Juniors FC, Madagascar)
- Jérôme Mombris (Grenoble Foot 38, France)
- Romain Metanire (Minnesota United, USA)
- Thomas Fontaine (FC Lorient, France)
- Jeremy Morel (Stade de Rennes, France)

Milieux de terrain :
- Anicet Abel (C) (PFC Ludogorets, Bulgarie)
- Marco Ilaimaharitra (Charleroi SC, Belgique)
- Rayan Raveloson (Estac Troyes, France)
- Ibrahim Amada (Al Kohr FC, Qatar)
- Bastien Hery (Linfield FC, Irlande)
- Dimitri Caloin (Sans Club)

Attaquants :
- Carolus Andriamahitsinoro (Al Adallah FC, Arabie-Saoudite)
- Alexandre Ramalingoum (RE Virton, Belgique)
- Lalaina Nomenjanahary (Paris FC, France)
- Hakim Abdallah (FC Nantes B, France)
- Paulin Voavy (Misr Al Makasa, Egypte)
- William Gros (AS Vitre, France)

Cinq joueurs locaux  joindront la liste au match retour à Madagascar le 31/03/2020 :

- Razakanirina Rakotoasimbola (GB - AS Adema)
- Arnaud Randrianantenaina (ATT - Cnaps)
- Ando Manoelantsoa (DEF - Cnaps)
- Maminiaina Safidy Rafenoarisoa (MIL - Elgeco Plus)
- Jean Claude Marobe (DEF - Fosa Junior)



Publié dans Sport

A & C n’est que le début. Le Fisc ne lâchera pas facilement le redressement fiscal infligé à Claudine Razaimamonjy. Pour rappel, l’Etat a procédé vendredi dernier, en présence des représentants de l’Administration fiscale, d’un huissier de justice et des Forces de l’ordre, à la saisie de son hôtel sis à Ivato. D’après les autorités, sa fraude fiscale s’élève à 59 milliards avec une amende de 20 milliards d’ariary. Ce chiffre englobe le redressement dans toutes l’administration tant sur le marché public que sur les déclarations fiscales. « Nous avons réuni les renseignements obtenus du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) et du Service des renseignements financiers (SAMIFIN) ainsi que des informations en possession de l’Administration fiscale. Par ailleurs, une précision doit être apportée que la saisie porte sur l'ensemble du patrimoine de madame Razaimamonjy, et non uniquement sur l’hôtel A&C. On répertorie en ce moment tout ce qu’elle possède. On vérifie même auprès des notaires. Même si ses biens portent le nom d’une autre personne, on le saura toujours », déclare Germain, directeur général de l’impôt. Vu que Madagascar se trouve dans un système déclaratif, ce sont les contribuables qui communiquent leur comptabilité auprès du service de l’impôt. Selon le DG, la dame possédait trois ans comme droit de communication mais elle a choisi de ne pas le faire, d’où cette sanction. Ses biens seront vendus aux enchères publiques le 4 mars prochain afin de combler ce manque à gagner de l’Etat.

Outre cette fraude fiscale, le Pôle anti-corruption (PAC) a condamné la dame de huit ans de travaux forcés avec une amende de 100 milliards d’ariary.
En matière fiscale, les procédures sont ouvertes par des enquêtes pour fraudes fiscales, suivies de notification par toutes les voies de droit des actes d’imposition, puis par des titres de perception. Ces derniers constituent les titres de créance de l’Administration et, au même titre que les condamnations émanant de l’autorité judiciaire, conduisent à la saisie exécution. La saisie des biens meubles, effectuée ce jour, est une exécution par voie d’huissier desdits titres, dans le respect de toutes les procédures.
La Rédaction

Publié dans Economie

Les activités des transporteurs ont des impacts sur l’environnement, principalement la pollution atmosphérique. Une raison pour que ces derniers aient réalisé samedi dernier un reboisement au site du Régiment d’artillerie lourde (RAL), situé à Imerintsiatosika. 3 000 jeunes plants, composés d’eucalyptus, pins, « ravintsara » et de jacarandas ont été ainsi mis en terre. D’après Andry Andriamampianina, président de l’Association Professionnelle des Transporteurs Routiers (APTR), ce reboisement qui est actuellement à sa deuxième édition, entre dans le cadre de la vision du Président de la république, qui est de recouvrir Madagascar de forêts ainsi que de renforcer la fraternité et l’union entre les transporteurs. D’ailleurs, toutes les associations et groupements des transporteurs dans tout Madagascar ont été représentés durant cette opération dont l’APTR, l’Association Professionnelle des Transporteurs d’Hydrocarbures (APTH), l’Association des transporteurs camionneurs (ATC), l’Union des Coopératives de Transports Urbains (UCTU), l’association « Fitaterana Mendrika an’Antananarivo » (FMA). Non seulement, ils ont mis en terre ces jeunes plants, mais assureront également leur suivi régulier.
 

Publié dans Dossier

L’affaire se rapportant au kidnapping d’une fillette de 2 ans vers la fin de la semaine dernière à Sakaraha, a soulevé des vagues dans le pays. D’abord, parce que la victime est un « zaza varira », littéralement une fillette albinos. Cependant, les sept individus, des « dahalo » qui ont perpétré l’acte, avaient été arrêtés à temps. Ces derniers suscitent surtout la stupéfaction et la peur du fait qu’on leur avait trouvé 8 yeux sur eux. Ces faits nourrissent le soupçon sur le compte des ravisseurs, qualifiés par les habitants de la région comme des voleurs d’organes. « Concernant les yeux trouvés sur les ravisseurs, ils devront passer sous analyse au laboratoire à Toliara, histoire de vérifier et confirmer s’il s’agit bien des yeux humains ou non », affirme une source auprès de la Gendarmerie locale.
 
En attendant, la fillette qui est saine et sauve, est entre de bonnes mains. Elle a été pour le moment confiée au délégué local de la population. Le seul problème, c’est que la petite ne sait pas encore parler. Et on ne sait rien sur elle. « On ne connaît pas ses parents et on les recherche justement »,  confie notre source auprès de la Gendarmerie de Toliara.

D’après toujours cette dernière, les bandits ont pu être arrêtés grâce à un guet-apens. Les Forces de l’ordre les ont appâtés avec une somme mirobolante de 200 millions Fmg contre la liberté de la petite fille. Bien sûr, il ne s’agissait que d’un leurre. Une source venant de Sakaraha a avancé que ce sont le « fokonolona » et les militaires qui ont capturé les ravisseurs grâce à un renseignement.

Les autorités de Sakaraha ont décidé de transférer les suspects récemment arrêtés  à Toliara, dans l’attente de leur prochain déferrement, prévu lundi ou mardi. Actuellement, ils sont placés en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie à Toliara qui participe dans l’enquête, à l’instar des gendarmes de Sakaraha. « La Gendarmerie de Sakaraha a jugé bon de les transférer à Toliara afin d’éviter tout risque de vindicte populaire », confie une source auprès de la compagnie de gendarmerie à Toliara.

Toujours sans aucune nouvelle de l’autre petit « zaza varira »  

Si l’affaire connaît un dénouement heureux à Sakaraha, la situation est loin de l’être à Manja. La nuit du 27 février dernier, précisément vers 1h du matin, Tovonazy, un petit garçon albinos, âgé de 6 ans, fut également enlevé chez lui. D’après une information glanée par le commandant de la Brigade de gendarmerie locale, les faits se sont déroulés sur une rive du fleuve Mangoky, dans le quartier de Fenoarivo, Commune d’Ankiliabo, une zone limitrophe de la région du Sud-ouest, dans le District de Manja.

Là, ce sont quatre inconnus équipés d’au moins deux fusils de chasse, qui ont perpétré l’acte. Les ravisseurs et leur otage ont pris la direction du Sud-ouest. Des villageois ont tenté d’intercepter la pirogue qui les transportait. Mais l’issue de cette tentative fut sanglante : les bandits ont ouvert le feu sur leurs poursuvants. Résultat : deux membres du fokonolona sont blessés. Actuellement, les habitants des rives dudit fleuve sont en état d’alerte maximale, tandis que six gendarmes participent dans les recherches au côté du « fokonolona ».

Franck R.
 

Publié dans Société

Plus d’un million de cartes d’identité nationale disposent de numéros identiques. L’information avait été révélée par le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante en fin de semaine dernière, faisant le rapport sur la révision annuelle de la liste électorale. Une information qui a suscité diverses interprétations au niveau de la sphère politique malagasy. Les détracteurs du régime Rajoelina ont rapidement saisi l’information, pour alléguer une fois de plus des fraudes de la part du camp des Orange, durant la présidentielle. Ils attribuent les « erreurs » ayant entraîné  cette supposée augmentation massive du nombre de doublons sur les détenteurs de carte d’identité nationale, au camp de l’actuel Président da République. Une version que récuserait tout observateur averti de la vie politique malagasy, lequel ne manquera certainement pas de porter un doigt accusateur à l’endroit du HVM.

Il faut en effet rappeler que la révision annuelle de la liste électorale, utilisée pour la présidentielle de fin 2018, a débuté au mois de décembre 2017 à janvier 2018, comme prescrit par les lois en vigueur. Une période durant laquelle, il est important de le souligner, les relations entre le HVM et le président national du Tiako i Madagasikara, Marc Ravalomanana, étaient au beau fixe… A l’époque, le Premier ministre était Mahafaly Solonandrasana Olivier. Le Chef du gouvernement était également le ministre de l’Intérieur. Ntsay Christian était arrivé à la Primature au mois de juin 2018 et le nouveau ministre de l’Intérieur était nommé quelques jours plus tard. En clair, à l’époque, où le nouveau PM avait été installé, la liste électorale était déjà bouclée. Tout cela pour dire que le fichier électoral utilisé lors de l’élection présidentielle est le bébé du HVM.

En outre, il faut aussi noter que depuis 2016, le HVM n’a cessé de mener des campagnes pour l’octroi de cartes d’identité nationale. Ce qui pourrait susciter les appréhensions. D’ailleurs, une campagne avait été menée juste avant la dernière révision de la liste électorale en septembre 2017 qui sera utilisée pour l’élection qui propulsera Andry Rajoelina au sommet de l’Etat. Chose étrange, le HVM a obtenu des scores élevés dans la Région SAVA et le Sud du pays particulièrement dans l’Androy durant la présidentielle. Dans ce dernier District en particulier, beaucoup avaient remarqué des hausses non négligeables du nombre d’inscrit dans la liste électorale à l’époque. Notons également qu’entre 2014 et 2018, une hausse de 2 millions d’électeurs avait été enregistrée dans le pays. Pourtant le dernier rapport 2019-2020 de la CENI ne fait état que d’une hausse de 200 000 électeurs…

Par ailleurs, pour ce qui est des accusations visant le pouvoir actuel, il faut rappeler que pendant la campagne électorale, le candidat Andry Rajoelina n’avait eu de cesse de dénoncer les irrégularités du fichier électoral publiquement et le manque de professionnalisme de la Commission électorale nationale indépendante. La plateforme de soutien au candidat Andry Rajoelina avait émis des doutes sur les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Mais dans un souci d’apaisement notamment, le camp des Orange avait accepté les résultats officiels proclamés par la Haute Cour constitutionnelle.




Publié dans Politique
dimanche, 01 mars 2020

La une du 2 mars 2020

Publié dans La Une

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Recherche par date

« March 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff