Politique

Une surprenante candidature. Alors que beaucoup l’attendait pour grossir les rangs des concurrents déclarés pour la présidentielle 2018, Rakotoarisoa Faniry Alban alias Gangtabab a visiblement revu ses ambitions à la baisse. Hier, le chanteur et non moins, leader du parti « Antoko politika madio » (Apm) a profité de la cérémonie organisée à l’occasion de son 40ème anniversaire pour annoncer sa candidature à la tête de la mairie d’Antananarivo. Il sera donc parmi les candidats qui brigueront l’actuel poste de Lalao Ravalomanana au cours des municipales qui devront normalement se tenir en 2019. D’après sa déclaration, le président national de l’Apm veut …

Dons aux sinistrés - Gestion douteuse au sein du Bngrc

Publié le dimanche, 10 décembre 2017
Le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes dans de sales draps. Des affaires douteuses mises au jour récemment viennent en effet mettre à mal la direction au sein de cet organe d'Antanimora. La première affaire concerne des soupçons de détournements de dons de riz. Destinés à aider les sinistrés du cyclone Enawo dans les régions du Melaky et du Menabe, 270 tonnes de riz sur les 4300 tonnes offerts par des Chinois n'ont jamais été remis à leurs bénéficiaires. Ces dons ont littéralement disparu dans la nature.
Les divergences entre l'association des taxi-villes (Ftar) et la Commune urbaine d'Antananarivo servent de munition au régime de Hery Rajaonarimampianina pour enfoncer un peu plus un de ses adversaires politiques. A travers la première magistrate de la ville, le Hvm vise le Tiako Madagasikara du couple Ravalomanana. En guise de contribution au dénouement de cette crise latente, l'Etat aurait, dans l'attente de la version officielle, opté carrément dans le camp de la Ftar.

Flambée des prix - Mictsl sur le banc des accusés

Publié le vendredi, 08 décembre 2017
Depuis quelques mois les prix s'envolent. Ceux du riz, aliment de base des Malgaches, en particulier, ont atteint des plafonds historiques ces derniers temps.  Une situation occasionnée notamment par des problèmes au port de Toamasina, d'après un groupement de transporteurs routiers et de transitaires opérant dans la localité.
Voahangy Rajaonarimampinina a-t-elle pris le même vol que le président Hery Rajaonarimampianina à destination de Tokyo, Japon, ce week-end ? Cette question se pose tout naturellement à la suite de la visite d'Etat de trois jours effectuée par le leader malagasy et sa suite au pays du Soleil Levant du 4 au 6 décembre. Elle a officiellement pris fin mercredi.
Discret ces derniers temps, le Syndicat des magistrats de Madagascar par le biais de sa présidente Fanirisoa Ernaivo a accepté de se livrer à notre journal sur les actualités concernant la magistrature.  Interview.
 Une vingtaine de jeunes  marins pêcheurs sont bloqués dans la Capitale, depuis le mois d’octobre dernier. Ils sont issus de Maroantsetra, Toamasina et Sainte Marie. Ils attendent la délivrance de leurs « Livrets Fascul »,  qui sont aussi bloqués par des responsables de  l’Agence portuaire maritime et fluviale (Apmf) à Alarobia. Certains d’entre ces jeunes sont licenciés de leur travail, et d’autres ont vendu leurs biens pour pouvoir rejoindre la Capitale en espérant avoir ce passeport.  Selon leur version, ils ont déjà payé tous les droits, notamment  la somme de 240 000 ariary pour une visite médicale, 7000 ariary pour le…

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff