Politique

Réponse du berger à la bergère. Moins de 24 heures après la très inattendue déclaration du ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, dans la nuit de mercredi, la réplique du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) ne s’est pas fait attendre.
« Certains enquêteurs au sein du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) devraient suivre les textes et ne pas faire d’excès de zèle. Ce n’est pas la première fois. Mais cette fois, la coupe est pleine. Le risque de vindicte populaire est présent. Le non respect des lois est inacceptable ». La déclaration est du Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, au cours d’une conférence dans ses bureaux à Faravohitra, hier vers 22h 30. Une conférence de presse impromptue au cours de laquelle le locataire des lieux a tenu à apporter son point de vue sur le dossier Claudine Razaimamonjy.

Trafic de bois de rose - Déférées par le Bianco, 2 personnes sous Md

Publié le mercredi, 05 avril 2017
Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) est sur tous les fronts. Alors que l’affaire Claudine Razaimamonjy retient l’attention, l’organe d’Ambohibao continue en parallèle ses activités. Après les récentes enquêtes concernant l’exploitation illicite des ressources naturelles d’Antsohimbondrona-Ambilobe ou l’affaire d’exploitation d’or dans la Commune de Betsiaka clôturée il y a dix jours, une nouvelle affaire concernant des faits suspectés d’exportation illicite de bois de rose, orchestrés sur fond de corruption, vient d’être mise en lumière par le Bianco.

Présidentielles 2018 - Freedom rejoint le camp de l’opposition

Publié le mercredi, 05 avril 2017
Le parti « Freedom » présidé par Lalatiana Rakotondrazafy, conseillère municipale et chroniqueuse politique de la radio Free Fm, a annoncé son appartenance à l’opposition.

Affaire Claudine Razaimamonjy - Le flou persiste

Publié le mardi, 04 avril 2017
Le flou persiste au sujet du dossier Claudine Razaimamonjy. La conférence de presse du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) n’a pas permis de mettre toute la lumière sur cette affaire.24 heures après son interpellation, les contours de l’affaire restent plutôt flous alors que l’« inculpée » n’est pas n’importe qui. Hier, les hauts responsables au niveau de l’organe de lutte anti-corruption malagasy ont convié les gens des médias à une rencontre. L’objectif était pour les gens d’Ambohibao d’apporter des éclaircissements sur cette affaire fortement médiatisée. Arrêtée dans l’après-midi de lundi, cette conseillère du Président de la République serait encore en garde à vue.…

Port de Toamasina - Une tentative de corruption dénoncée

Publié le mardi, 04 avril 2017
Une société d’import et de commerce de tous produits et marchandises se dit victime d’abus de pouvoir et de fonction de certains responsables du port de Toamasina. Les faits : D’après des responsables de ladite société, ils ont importé suivant le contrat en date du 04 janvier 2016 13 500 Mt de sucre blanc Crystal brésilien, soit 500 containers de 20 pieds à raison de 400 Usd/Mt dont 470 dédouanés et enlevés à Toamasina, Mahajanga et Toliara, tandis que  les 30 restants sont bloqués au port de Toamasina suite à un problème de valeur selon la douane.
Maladroite. C’est ainsi que l’on peut qualifier la riposte du régime en place, face à la position annoncée par les partenaires techniques et financiers (Ptf) concernant le système « Advance Cargo Declaration » , tel qu’il est envisagé d’être mis en place au pays. Le pouvoir en place, en effet, a mandaté une association très peu connue du grand public jusque-là (l’Apdsm ou Association pour la défense de la souveraineté de Madagascar) pour apporter sa réponse.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff