Publié dans Politique

Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute

Publié le mardi, 30 juin 2020

Le Président de la République a effectué une visite au siège de la prochaine usine Pharmalagasy à Tanjombato à la périphérie sud de la Capitale. Une descente destinée notamment à constater de visu l'état d'avancement des travaux entrepris pour la construction de cette usine censée notamment fabriquer des médicaments tels que la gélule CVO+. Débutés depuis deux mois, les travaux entrepris dans les anciens locaux de l'Orinasa fanamboarana fanafody ou OFAFA, l'ancienne compagnie nationale pharmaceutique malagasy, suivent leurs cours normaux. Notons que la nouvelle usine est chargée de l'élaboration et la production de nouveaux médicaments estampillés « made in Madagascar ».

Lors de l'arrivée d'une centaine de tonnes de matériels pour la mise en place de cette usine, le Président de la République Andry Rajoelina a annoncé la fabrication d'une douzaine de nouveaux produits dans les 3 prochaines années. Dans un premier temps, les travaux se focaliseront sur la fabrication de médicaments destinés à lutter contre le Covid-19, notamment la gélule CVO+. A ce sujet, le Président de la République annonce que les premières gélules de CVO+ produites par Pharmalagasy devraient sortir de l'usine d'ici un mois. L'usine dispose d'équipements aux normes et de technologies haut de gamme. A plein régime, les machines de production devraient produire 15 000

unités de gélule CVO+ par minute. Le Chef de l'Etat indique que les essais in vivo sont prévus par la suite. Le mode d'administration et la composition de gélule seront complètement différents du tambavy Covid-Organics.

En parallèle à l'installation des équipements, l'usine s'attèle au recrutement de ses employés, comme indiqué dans notre édition d'hier. Les avis y afférents sont publiés dans les quotidiens nationaux depuis le début de cette semaine. Parmi les postes à pourvoir dans l'administration figurent le directeur administratif et financier et celui commercial et marketing ainsi que le responsable stockage et logistique, celui de la communication et NTIC et l'assistant de direction. Quant aux postes techniques, cette nouvelle usine de production de médicaments « made in Madagascar » recherche des responsables de fabrication et contrôle qualité, de QQHE et sécurité, de pharmaco-vigilance, des délégués médicaux ou encore un machiniste et un opérateur de production. En général, ces postes requièrent des diplômes adéquats et des années d'expérience. Les intéressés devront envoyer dès maintenant leurs CV et lettres de motivation au siège de ladite usine sis à Tanjombato.

La rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff