Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

4ème République - Des institutions qui sèment le flou

Publié le lundi, 12 septembre 2016

L’avènement de la 4ème République a apporté son lot de nouvelles institutions à l’instar du Haut conseil pour la défense de la démocratie et l’Etat de droit (Hcdded), entre autres, qui attend d’être opérationnel, ou encore la Haute Cour de Justice. Par ailleurs, il y a aussi les autres institutions qui ont déjà vu le jour depuis la transition ou même avant, et qui semblent ne faire que de la figuration. 

Nombreuses mais inutiles ? La longue liste des institutions existantes ou à venir au cours de cette 4ème République dérange. L’on peut par exemple citer le Conseil militaire pour la défense nationale (Cmdn) qui a vu le jour durant la période transitoire et qui est censé être remplacé par le Haut conseil pour la défense nationale (Hcdn). Selon la Constitution, le Hcdn, sous l’autorité du Président de la République, « a notamment pour mission de veiller à la coordination des actions confiées aux Forces armées relatives à la défense et à la sécurité. Son organisation et ses attributions sont fixées par la loi ». La mise en place de ce Hcdn a été pourtant handicapée par la décision n°22-HCC/D3 du 02 août 2016 portant organisation et attributions du Haut Conseil, la Haute Cour constitutionnelle militaire a déclaré non conforme à la Constitution la composition entièrement militaire de cette structure. En principe, l’institution devrait prendre en considération l’aspect, non seulement militaire mais économique, social, culturel, territorial et environnemental du concept de défense nationale. Du coup, le Cmdn fait du surplace et sa véritable mission du moment reste totalement floue.

En mal de résultats

La même problématique concerne l’actuel « Filan-kevitry ny Fampihavanana », connu sous le sigle Ffm. Cette institution qui a plus fait parler d’elle en matière de scandales financières qu’en véritables démarches de réconciliation. En principe, le Ffm devrait laisser la place au « Conseil pour le fampihavanana malagasy » ou Cfm. Jusqu’ici, cette nouvelle version du Ffm peine à voir le jour pour diverses raisons. Une autre institution qui fait rarement parler d’elle : la médiature de la République dont la principale mission qui est de recevoir les réclamations concernant, dans leurs relations avec les administrés, le fonctionnement des administrations de l’Etat, des collectivités publiques territoriales, des établissements publics et de tout autre organisme investi d’une mission de service public . De par l’absence de « résultats palpables », beaucoup s’interrogent  sur les véritables raisons d’être de toutes ces institutions qui semblent servir de remplissage et faire office de figuration, plutôt que de servir véritablement l’intérêt public. 

S.R. 

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

La Une

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff