Publié dans Politique

Exploitation aurifère de Soamahamanina - Des arguments peu convaincants des défenseurs du projet

Publié le mardi, 13 septembre 2016

Les défenseurs du projet de Soamahamanina ne voient décidément que le bout de leur nez. Pour tenter de défendre le bien-fondé du projet, un groupement composé « des vrais propriétaires terriens, de petits exploitants et de la société Jiuxing Mines » est sorti de son silence hier.

Dans une déclaration publiée dans la presse locale, les partisans du projet d’exploitation aurifère ont souligné « être tristes et avoir honte en entendant les mensonges véhiculés ces derniers mois ». Ces soi-disant propriétaires de terrain à Soamahamanina  soutiennent en outre ne pas avoir subi de pression pour accepter la location mensuelle de leur terrain occupé par la firme chinoise. 

« La société est en règle avec tous les permis requis pour l’exploitation et respecte son cahier de charge », a noté ce groupement. Les défenseurs du projet ont dénoncé des fausses informations diffusées sur cette exploitation.  Des projets de développement pour la localité seraient programmés, notamment en matière d’approvisionnement en électricité et en eau, d’équipement du Csb 2 local, de réalisation d’un complexe sportif, de construction de centre de santé et d’infrastructures scolaires. Un calendrier précis des activités a été  établi. En quelque sorte, une contrepartie. Signalons que la compagnie chinoise détient les pièces nécessaires, un permis d'extraction minière et un permis environnemental, pour extraire de l'or, de l'argent, du fer, du plomb et du zinc, pour une durée de 40 ans. Après  la réalisation de ces projets sociaux, qui seront terminés dans une durée relativement courte, qu’en sera-t-il des nombreuses années restantes pendant lesquelles le projet durera ? Le débat porte en effet sur les retombées pérennes de ce genre d’exploitation. 

Inadmissible

Quel sera l’impact économique à long terme de l’exploitation minière ? Outre ces projets sociaux, quels sont les autres apports du projet Jiuxing Mines sur la population locale ?  Il s’agit de ne pas répéter les mêmes erreurs que dans le passé avec les grandes exploitations minières d’Ambatovy ou de Qmm. Faut-il encore rappeler que les ressources minières ne sont pas renouvelables. Et pourtant, des sociétés comme Jiuxing Mines vont exploiter le terrain pendant 40 ans. Les personnes qui défendent ces projets ont-elles conscience de cela ? Sous d’autres cieux, le public aurait été informé du montant des investissements engagés et des volumes qui seront exploités. Le public aurait surtout été informé des parts des bénéfices escomptés qui doivent respectivement revenir à l’investisseur étranger, à l’Etat et aux travailleurs malagasy. Des points qui semblent avoir été occultés par les défenseurs du projet dans leur communication. 

Par rapport aux pourcentages, qui doivent être minimes, réservés à l’Etat, on se demande quelle sera la partie reversée à la Commune, à  la Région, à la Province d’où seront extraites ces richesses minières ? Ces questions mériteraient des réponses avant de s’engager dans ce genre de projet. Ce serait en effet inadmissible qu’un Gouvernement brade  les richesses de son sous sol qui ne sont pas renouvelables sans que les citoyens n’en tirent un profit durable. Les projets d’extraction minière, surtout aurifère, à Madagascar alimentent les discussions. Antsohihy, Mananjary, Anjozorobe, pour ne citer que ces localités, créent la polémique. Parmi la pléthore de projets, celui de Soamahamanina en particulier continue d’être sujet à controverse actuellement. Les éléments apportés par ces défenseurs de Soamahamanina montrent que les apports du projet chinois sont négligeables et pourraient encore être améliorés. 

A.R.

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff