Publié dans Politique

Exploitation aurifère de Soamahamanina - Des arguments peu convaincants des défenseurs du projet

Publié le mardi, 13 septembre 2016

Les défenseurs du projet de Soamahamanina ne voient décidément que le bout de leur nez. Pour tenter de défendre le bien-fondé du projet, un groupement composé « des vrais propriétaires terriens, de petits exploitants et de la société Jiuxing Mines » est sorti de son silence hier.

Dans une déclaration publiée dans la presse locale, les partisans du projet d’exploitation aurifère ont souligné « être tristes et avoir honte en entendant les mensonges véhiculés ces derniers mois ». Ces soi-disant propriétaires de terrain à Soamahamanina  soutiennent en outre ne pas avoir subi de pression pour accepter la location mensuelle de leur terrain occupé par la firme chinoise. 

« La société est en règle avec tous les permis requis pour l’exploitation et respecte son cahier de charge », a noté ce groupement. Les défenseurs du projet ont dénoncé des fausses informations diffusées sur cette exploitation.  Des projets de développement pour la localité seraient programmés, notamment en matière d’approvisionnement en électricité et en eau, d’équipement du Csb 2 local, de réalisation d’un complexe sportif, de construction de centre de santé et d’infrastructures scolaires. Un calendrier précis des activités a été  établi. En quelque sorte, une contrepartie. Signalons que la compagnie chinoise détient les pièces nécessaires, un permis d'extraction minière et un permis environnemental, pour extraire de l'or, de l'argent, du fer, du plomb et du zinc, pour une durée de 40 ans. Après  la réalisation de ces projets sociaux, qui seront terminés dans une durée relativement courte, qu’en sera-t-il des nombreuses années restantes pendant lesquelles le projet durera ? Le débat porte en effet sur les retombées pérennes de ce genre d’exploitation. 

Inadmissible

Quel sera l’impact économique à long terme de l’exploitation minière ? Outre ces projets sociaux, quels sont les autres apports du projet Jiuxing Mines sur la population locale ?  Il s’agit de ne pas répéter les mêmes erreurs que dans le passé avec les grandes exploitations minières d’Ambatovy ou de Qmm. Faut-il encore rappeler que les ressources minières ne sont pas renouvelables. Et pourtant, des sociétés comme Jiuxing Mines vont exploiter le terrain pendant 40 ans. Les personnes qui défendent ces projets ont-elles conscience de cela ? Sous d’autres cieux, le public aurait été informé du montant des investissements engagés et des volumes qui seront exploités. Le public aurait surtout été informé des parts des bénéfices escomptés qui doivent respectivement revenir à l’investisseur étranger, à l’Etat et aux travailleurs malagasy. Des points qui semblent avoir été occultés par les défenseurs du projet dans leur communication. 

Par rapport aux pourcentages, qui doivent être minimes, réservés à l’Etat, on se demande quelle sera la partie reversée à la Commune, à  la Région, à la Province d’où seront extraites ces richesses minières ? Ces questions mériteraient des réponses avant de s’engager dans ce genre de projet. Ce serait en effet inadmissible qu’un Gouvernement brade  les richesses de son sous sol qui ne sont pas renouvelables sans que les citoyens n’en tirent un profit durable. Les projets d’extraction minière, surtout aurifère, à Madagascar alimentent les discussions. Antsohihy, Mananjary, Anjozorobe, pour ne citer que ces localités, créent la polémique. Parmi la pléthore de projets, celui de Soamahamanina en particulier continue d’être sujet à controverse actuellement. Les éléments apportés par ces défenseurs de Soamahamanina montrent que les apports du projet chinois sont négligeables et pourraient encore être améliorés. 

A.R.

160 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sécurisation de la fête de l’indépendance - Des dispositifs exceptionnellement costauds pour Antananarivo
  • Jusqu’où ira la similitude ? - La Claudine R. sud-coréenne écope de 3 ans de prison
  • Visite à la prison de Manjakandriana - Le ministère de la Justice nargue les journalistes
  • Présence chinoise à Ambatomirahavavy - Risque d’un « Soamahamanina » bis
  • Code de la communication - Mal conçu, mal voté et mal appliqué
  • Free News - Deux journalistes convoqués devant la Brigade criminelle
  • Fonction parlementaire - Aucun diplôme exigé
  • Affaire Claudine Razaimamonjy - L’Etat victime de ses propres turpitudes
  • Affaire Alain - Ramaroson L’acharnement persiste
  • Alain Ramaroson - Une lenteur judiciaire voulue

La Une

Editorial

  • Allons-y !
    A la veille du grand jour, le 26 juin, date à laquelle Madagascar recouvra, de nouveau, son indépendance, l’effervescence de la fête bouillonne le pays. En effet, le 26 juin 1960, la Grande île redevient pays souverain après avoir été soumise sous le joug de la colonisation pendant plus de 60 ans. Par l’arrêté du 6 août 1896, avec la bénédiction  de l’Assemblée nationale française, malgré le vote  « Non » des 77 députés, Madagascar devint  colonie française.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff