Publié dans Politique

Andry Rajoelina - « Come - back » au pays la semaine prochaine

Publié le jeudi, 15 septembre 2016

Après plusieurs mois de silence, l’ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina donnera incessamment signe de vie. L’ex-homme fort du pays effectuera son retour à Madagascar la semaine prochaine. 

Andry Rajoelina n’est plus réapparu en public depuis sa rencontre avec ses proches au mois de janvier dernier. C’était à sa résidence à Ambohimangakely au cours de laquelle l’ancien président de la Transition avait présenté ses vœux à ses plus proches lieutenants.  Depuis, l’ex-homme fort du pays a opté pour la politique du silence. Un silence qu’il n’a brisé qu’une seule fois à l’occasion d’un appel téléphonique au mois de mai dernier. Lors d’une cérémonie de vœux des membres du Mapar et des Tgv de Fianarantsoa, il était intervenu en direct pour adresser un discours à l’endroit de ses plus fidèles adeptes dans la Région. Résident en France depuis 2014 avec sa famille, l’ancien homme fort du pays ne devrait cependant pas rester longtemps au pays. Son séjour devrait être sommaire, indique-t-on. Toutefois, on croit savoir que le numéro Un de la « Révolution orange » de 2009 va profiter de ce retour au pays pour réunir les leaders du Mapar. Des rencontres avec ses partisans seraient également prévues. 

Très attendu

Pour ce retour après plusieurs mois d’absence, Andry Rajoelina ne manquera certainement pas de donner son avis sur la conjoncture. Les sujets ne manquent pas en ce moment. Outre la situation sociopolitique, Rajoelina sera attendu sur des sujets tels que le Sommet de la Francophonie, prévu se tenir dans la Grande-Ile à la fin du mois de novembre prochain. Un sommet qui suscite actuellement la controverse pour les moyens financiers conséquents déployés par l’Etat. L’avis de l’ex-chef d’Etat sur la question d’une élection anticipée, réclamée par plusieurs fronts politiques, dont le « Mitsangàna ry Malagasy », est également attendu par tous. Tout comme son point de vue sur la dernière prise de position de Marc Ravalomanana affirmant être ouvert au dialogue avec toutes les forces vives de la Nation. En tout cas, l’annonce de ce retour a ravivé la flamme des zélateurs de l’ancien homme fort du pays, qui ne cessent de se poser des questions sur les raisons du silence prolongé de celui-ci. L’annonce du retour de l’ancien numéro Un de l’Etat ne fait cependant pas que des heureux. Le régime en place tremble en effet de nouveau, pour l’on ne sait pour quelle raison exactement. Andry Rajoelina a déclaré lors de son dernier passage à Madagascar qu’il ne souhaitait pas diriger un mouvement insurrectionnel. En outre, l’ancien Chef d’Etat a affirmé être disposé à attendre 2018.  

L.A.

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff