Publié dans Politique

Andry Rajoelina - « Come - back » au pays la semaine prochaine

Publié le jeudi, 15 septembre 2016

Après plusieurs mois de silence, l’ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina donnera incessamment signe de vie. L’ex-homme fort du pays effectuera son retour à Madagascar la semaine prochaine. 

Andry Rajoelina n’est plus réapparu en public depuis sa rencontre avec ses proches au mois de janvier dernier. C’était à sa résidence à Ambohimangakely au cours de laquelle l’ancien président de la Transition avait présenté ses vœux à ses plus proches lieutenants.  Depuis, l’ex-homme fort du pays a opté pour la politique du silence. Un silence qu’il n’a brisé qu’une seule fois à l’occasion d’un appel téléphonique au mois de mai dernier. Lors d’une cérémonie de vœux des membres du Mapar et des Tgv de Fianarantsoa, il était intervenu en direct pour adresser un discours à l’endroit de ses plus fidèles adeptes dans la Région. Résident en France depuis 2014 avec sa famille, l’ancien homme fort du pays ne devrait cependant pas rester longtemps au pays. Son séjour devrait être sommaire, indique-t-on. Toutefois, on croit savoir que le numéro Un de la « Révolution orange » de 2009 va profiter de ce retour au pays pour réunir les leaders du Mapar. Des rencontres avec ses partisans seraient également prévues. 

Très attendu

Pour ce retour après plusieurs mois d’absence, Andry Rajoelina ne manquera certainement pas de donner son avis sur la conjoncture. Les sujets ne manquent pas en ce moment. Outre la situation sociopolitique, Rajoelina sera attendu sur des sujets tels que le Sommet de la Francophonie, prévu se tenir dans la Grande-Ile à la fin du mois de novembre prochain. Un sommet qui suscite actuellement la controverse pour les moyens financiers conséquents déployés par l’Etat. L’avis de l’ex-chef d’Etat sur la question d’une élection anticipée, réclamée par plusieurs fronts politiques, dont le « Mitsangàna ry Malagasy », est également attendu par tous. Tout comme son point de vue sur la dernière prise de position de Marc Ravalomanana affirmant être ouvert au dialogue avec toutes les forces vives de la Nation. En tout cas, l’annonce de ce retour a ravivé la flamme des zélateurs de l’ancien homme fort du pays, qui ne cessent de se poser des questions sur les raisons du silence prolongé de celui-ci. L’annonce du retour de l’ancien numéro Un de l’Etat ne fait cependant pas que des heureux. Le régime en place tremble en effet de nouveau, pour l’on ne sait pour quelle raison exactement. Andry Rajoelina a déclaré lors de son dernier passage à Madagascar qu’il ne souhaitait pas diriger un mouvement insurrectionnel. En outre, l’ancien Chef d’Etat a affirmé être disposé à attendre 2018.  

L.A.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff