Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Affaire Andohatapenaka - Ravalomanana veut récupérer le « Kianja Makis »

Publié le vendredi, 16 septembre 2016

Conscient que son action contre la gare routière d’Andohatapenaka se corse, l’ancien Président Marc Ravalomanana a décidé de mener une bataille sur le front judiciaire.

Dans sa démarche auprès de la Justice, l’ex-homme fort du pays a réclamé la propriété du « Kianja Makis »… Le 8 septembre dernier, soit deux jours après sa descente à la gare routière, la société de l’ex-Chef d’Etat, représentée par son avocat, a adressé une requête auprès du Tribunal d’Antananarivo pour assigner à bref délai le ministère de l’Aménagement du territoire, par rapport aux terrains sis à Andohatapenaka. Une pratique dont la finalité serait de permettre de raccourcir à quelques jours le délai séparant l’assignation de l’audience. Dans sa requête, l’avocat de l’ancien Président réitère que la société Tiko Agri Sarl est la propriétaire de plusieurs terrains sis à Andohatapenaka. Et d’après Me Hasina Andriamadison, le « ministère de l’Aménagement du territoire chargé des Projets présidentiels a clôturé les propriétés appartenant à la société Tiko Agri Sarl et procède à des travaux de réaménagement » sans avoir « l’autorisation du propriétaire ». L’avocat souligne également que « la société Tiko Agri Sarl a intérêt à s’adresser à la Justice pour demander l’arrêt immédiat des travaux ». Ce serait pour ces raisons que l’avocat de Tiko demande l’autorisation à assigner à bref délai le ministère de l’Aménagement du territoire pour s’entendre ordonner l’arrêt immédiat des travaux. Faut-il pourtant faire remarquer que les terrains situés aux alentours d’Andohatapenaka ont été acquis de manière plus que litigieuse par la société Tiko Agri en 2009.  En tout cas, 4 parcelles de terrain d’une contenance totale d’environ 22 000 m2 ont été présentées par l’avocat de Tiko comme occupées illégalement par l’Etat malagasy. Le plan détaillé par le Service topographique indique cependant que le projet de construction de la nouvelle gare routière n’empiétait aucunement sur les 4 terrains cités dans le dossier. En revanche, l’une des parcelles réclamées par Ravalomanana empiète sur l’actuel « Kianja Makis ». Force est de constater que Marc Ravalomanana est passé maître dans l’art de détourner et surtout d’attirer l’attention du public. Mais là, en voulant toucher à des réalisations et projets pour la population et non pour une seule personne ou un groupe commercial, le Pdg de Tiko risque de subir la foudre de cette dernière. En attendant les futurs rebondissements dans cette affaire, le projet de construction de la gare routière a déjà démarré. 

Recueillis par Lalaina A.

Fil infos

  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes
  • Code de la Communication - Lancement des consultations à Mahajanga
  • Pack voyages Dubaï et Etats-Unis - Un vendeur de vent s’invite dans la filière
  • Rencontre Rajoelina et pétroliers - Prochains rounds ce jour et demain
  • Infrastructures pétrolières - Sécurité à renforcer
  • Mariage forcé d’une Malagasy en Chine - Une mère et sa fille devant le Parquet
  • Paysage politique malagasy - Disparition des grands partis d’antan
  • Résultats provisoires des législatives - Les « Orange » largement en tête
  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible

La Une

Editorial

  • Quid de l’immunité !
    Les services de la Police firent parvenir, pour tout public, un alarmant communiqué selon quoi l’ancienne députée élue dans la Circonscription d’Antsirabe II de la législature précédente fait l’objet d’un avis de recherche depuis le 9 avril 2019. L’ex-parlementaire en cavale, réputée proche ou très proche du régime HVM, est accusée d’abus de confiance et d’escroquerie. Délits lourdement punis par la loi ! L’affaire remontait quelques années auparavant. Mais par la magie … noire du concept de l’immunité parlementaire, elle réussit à se faufiler entre les mailles des autorités compétentes. A elle seule, l’ex-députée d’Antsirabe II, Nirina Ravelohanitra car il s’agit précisément d’elle, illustre en grandeur nature les failles du régime de Rajaonarimampianina et remet sur le tapis, pour la énième fois, le débat sur la pertinence de l’ « immunité », ce privilège délétère accordé, entre autres, aux élus du Parlement. En effet, élue lors des législatives de 2013 sous l’étendard du parti…

A bout portant

AutoDiff