Publié dans Politique

Régime actuel - Le Sommet de la Francophonie d’abord, le Kere après…

Publié le vendredi, 16 septembre 2016

Aucun sens des priorités. C’est ce qui pourrait définir les agissements du régime actuel qui préfère investir des centaines de millions d’ariary « dans des repas » pour le Sommet de la Francophonie alors que dans le même temps, le Kere menace une grande partie du Sud…

Les avis d’attribution de marchés publics ont récemment été rendus publics par le secrétariat de la Présidence de la République. 1,5 milliard d’ariary au moins seront injectés pour la restauration des participants. De ce que l’opinion sait, l’Organisation internationale de la Francophonie n’a pas versé le plus petit kopeck pour alimenter le budget prévu pour la tenue de ce sommet. Autrement dit, Madagascar devra puiser dans ses fonds propres pour l’organisation de ce Sommet. La Grande-île a donc des milliards d’ariary dans ses caisses. Un montant que le Gouvernement va donc débloquer, notamment pour accueillir et nourrir quelques milliers de participants au Sommet de la Francophonie, alors qu’il demeure inerte face à un fléau qui risque de ruiner une partie du pays où la malnutrition chronique affecte des millions de personnes. Les organismes nationaux et internationaux ne cessent pourtant de tirer la sonnette d’alarme face au « Kere ». Encore récemment, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao) a lancé un appel à l’aide internationale pour aider le Sud de Madagascar en proie à la famine. « La Communauté internationale est invitée à intervenir afin d’empêcher Madagascar de subir la situation vécue par la Somalie en 2011, où 200 000 personnes sont mortes de faim à défaut d’une réaction rapide », a lancé le Dg de la Fao José Graziano Da Silva, dans un article d’opinion publié cette semaine. Les estimations fournies par la Fao indiquent que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire dans le Sud de Madagascar dépasse les 1,4 million, en septembre 2016, dont 600 000 sont considérées comme étant en situation de « grave insécurité alimentaire ». Pour le Dg de cette organisation onusienne, cette partie sud du pays est arrivée au dernier stade avant la véritable famine. « Nous avons besoin d’agir de manière urgente pour le moment : de la volonté politique pour prendre des décisions, du soutien de la Communauté internationale et d’une mobilisation des ressources» , lance-t-il à l’endroit des pays « samaritains ». Alors que la Communauté internationale s’alarme et lance un Sos, le régime fait la sourde oreille et ne compte pas casser sa tirelire que pour la Francophonie et rien que la Francophonie. Pour le régime en place, il préfère assouvir sa soif de reconnaissance internationale, notamment en soulageant la faim des délégations pour le Sommet qui demeure le prioritaire des prioritaires.

L.A.

21795 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff