Publié dans Politique

Régime actuel - Le Sommet de la Francophonie d’abord, le Kere après…

Publié le vendredi, 16 septembre 2016

Aucun sens des priorités. C’est ce qui pourrait définir les agissements du régime actuel qui préfère investir des centaines de millions d’ariary « dans des repas » pour le Sommet de la Francophonie alors que dans le même temps, le Kere menace une grande partie du Sud…

Les avis d’attribution de marchés publics ont récemment été rendus publics par le secrétariat de la Présidence de la République. 1,5 milliard d’ariary au moins seront injectés pour la restauration des participants. De ce que l’opinion sait, l’Organisation internationale de la Francophonie n’a pas versé le plus petit kopeck pour alimenter le budget prévu pour la tenue de ce sommet. Autrement dit, Madagascar devra puiser dans ses fonds propres pour l’organisation de ce Sommet. La Grande-île a donc des milliards d’ariary dans ses caisses. Un montant que le Gouvernement va donc débloquer, notamment pour accueillir et nourrir quelques milliers de participants au Sommet de la Francophonie, alors qu’il demeure inerte face à un fléau qui risque de ruiner une partie du pays où la malnutrition chronique affecte des millions de personnes. Les organismes nationaux et internationaux ne cessent pourtant de tirer la sonnette d’alarme face au « Kere ». Encore récemment, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao) a lancé un appel à l’aide internationale pour aider le Sud de Madagascar en proie à la famine. « La Communauté internationale est invitée à intervenir afin d’empêcher Madagascar de subir la situation vécue par la Somalie en 2011, où 200 000 personnes sont mortes de faim à défaut d’une réaction rapide », a lancé le Dg de la Fao José Graziano Da Silva, dans un article d’opinion publié cette semaine. Les estimations fournies par la Fao indiquent que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire dans le Sud de Madagascar dépasse les 1,4 million, en septembre 2016, dont 600 000 sont considérées comme étant en situation de « grave insécurité alimentaire ». Pour le Dg de cette organisation onusienne, cette partie sud du pays est arrivée au dernier stade avant la véritable famine. « Nous avons besoin d’agir de manière urgente pour le moment : de la volonté politique pour prendre des décisions, du soutien de la Communauté internationale et d’une mobilisation des ressources» , lance-t-il à l’endroit des pays « samaritains ». Alors que la Communauté internationale s’alarme et lance un Sos, le régime fait la sourde oreille et ne compte pas casser sa tirelire que pour la Francophonie et rien que la Francophonie. Pour le régime en place, il préfère assouvir sa soif de reconnaissance internationale, notamment en soulageant la faim des délégations pour le Sommet qui demeure le prioritaire des prioritaires.

L.A.

21796 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff