Publié dans Politique

Régime actuel - Le Sommet de la Francophonie d’abord, le Kere après…

Publié le vendredi, 16 septembre 2016

Aucun sens des priorités. C’est ce qui pourrait définir les agissements du régime actuel qui préfère investir des centaines de millions d’ariary « dans des repas » pour le Sommet de la Francophonie alors que dans le même temps, le Kere menace une grande partie du Sud…

Les avis d’attribution de marchés publics ont récemment été rendus publics par le secrétariat de la Présidence de la République. 1,5 milliard d’ariary au moins seront injectés pour la restauration des participants. De ce que l’opinion sait, l’Organisation internationale de la Francophonie n’a pas versé le plus petit kopeck pour alimenter le budget prévu pour la tenue de ce sommet. Autrement dit, Madagascar devra puiser dans ses fonds propres pour l’organisation de ce Sommet. La Grande-île a donc des milliards d’ariary dans ses caisses. Un montant que le Gouvernement va donc débloquer, notamment pour accueillir et nourrir quelques milliers de participants au Sommet de la Francophonie, alors qu’il demeure inerte face à un fléau qui risque de ruiner une partie du pays où la malnutrition chronique affecte des millions de personnes. Les organismes nationaux et internationaux ne cessent pourtant de tirer la sonnette d’alarme face au « Kere ». Encore récemment, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao) a lancé un appel à l’aide internationale pour aider le Sud de Madagascar en proie à la famine. « La Communauté internationale est invitée à intervenir afin d’empêcher Madagascar de subir la situation vécue par la Somalie en 2011, où 200 000 personnes sont mortes de faim à défaut d’une réaction rapide », a lancé le Dg de la Fao José Graziano Da Silva, dans un article d’opinion publié cette semaine. Les estimations fournies par la Fao indiquent que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire dans le Sud de Madagascar dépasse les 1,4 million, en septembre 2016, dont 600 000 sont considérées comme étant en situation de « grave insécurité alimentaire ». Pour le Dg de cette organisation onusienne, cette partie sud du pays est arrivée au dernier stade avant la véritable famine. « Nous avons besoin d’agir de manière urgente pour le moment : de la volonté politique pour prendre des décisions, du soutien de la Communauté internationale et d’une mobilisation des ressources» , lance-t-il à l’endroit des pays « samaritains ». Alors que la Communauté internationale s’alarme et lance un Sos, le régime fait la sourde oreille et ne compte pas casser sa tirelire que pour la Francophonie et rien que la Francophonie. Pour le régime en place, il préfère assouvir sa soif de reconnaissance internationale, notamment en soulageant la faim des délégations pour le Sommet qui demeure le prioritaire des prioritaires.

L.A.

Fil infos

  • Fonds Alana Cutland - Les villageois d’Anjajavy bénéficiaires
  • Session ordinaire du Parlement - Trois dossiers chauds sur la table
  • Naina Andriantsitohaina - A l’écoute des personnes âgées d’Antananarivo
  • Réhabilitation de la RN44 - Andry Rajoelina tient ses promesses !
  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général

Editorial

  • Divagations
    Quelles sales petites bêtes auraient-elles piqué la respectable Société civile de la place pour qu’elle divague de la sorte ? Des communiqués quelque peu déraillés ! Des commentaires apparemment désaxés !  Des analyses parfois à côté de la plaque ! Bref, en proie aux effets délétères du « délirium trémens » certains acteurs de la Société civile du pays délirent en s’aventurant à des sujets qui leur échappent. Leurs sorties médiatiques de ces derniers temps défraient les chroniques. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainampirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie politique nationale, n’a pas fait de détail et tire à boulets rouges dans le tas à l’endroit de deux importants corps d’activités à savoir les enseignants-chercheurs d’université et les professionnels du média. L’Observatoire fustige la culture du privilège dont sont coupables ces deux secteurs de métiers. A part la faute collective, chaque corps a eu son « lot » propre. La bande à Andriamandranto Ralison, dans des propos virulents, dénonce…

A bout portant

AutoDiff