Publié dans Politique

Affaire ministère de la Communication / Mahafaly - La presse internationale craint au classement des dossiers

Publié le mardi, 20 septembre 2016

La presse internationale, dont Radio France internationale (Rfi) dans sa livraison de dimanche, s’est saisie de l’affaire de détournement de recettes des annonces publicitaires au niveau de l’Office de la radio et télévision malagasy.

Ce média craint que cette nouvelle affaire qui a éclaté au grand jour ne soit étouffée à l’instar de l’affaire dans laquelle le nom de l’actuel Premier ministre, Mahafaly Olivier, est cité. Dans son édition du 18 septembre dernier, la Rfi rapporte en effet que des recettes correspondant à des annonces publicitaires ont été versées sur le compte d’un particulier au lieu d’atterrir dans les caisses du Trésor public. « Le directeur de cabinet du ministre de la Communication est pointé du doigt », souligne la Rfi. Et de rappeler également qu’une enquête est ouverte au niveau du Bureau indépendant anti-corruption et que le dossier pourrait être remis incessamment au niveau du Tribunal. Cependant, la Rfi émet déjà ses craintes quant aux suites de cette affaire. « A la radio et télévision nationales malgaches, cette affaire est sur toutes les lèvres mais beaucoup doutent des réelles poursuites qui seront menées contre les instigateurs de ce détournement de fonds publics », affirme la Rfi. Cette presse rappelle une précédente affaire de détournement de deniers publics touchant un autre haut responsable étatique. « Le mois dernier, c’est le Premier ministre qui était cité dans une affaire de détournement d’argent. Il avait alors « promis », au micro de la Rfi, d’apporter « sous trois jours », les preuves de son innocence. Après de multiples relances, cette promesse n’a jamais été honorée », a déploré la Rfi. Pour rappel, le nom du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a été cité dans une affaire de détournement de fonds publics dans la Commune d’Ambohimahamasina. Dans un rapport rédigé par trois inspecteurs d’Etat, le maire de cette Commune rurale avait affirmé avoir reçu l’ordre de Mahafaly Olivier de virer une subvention exceptionnelle de 396 millions d’ariary sur le compte d’un particulier.  Notons également qu’à aucun moment, la Présidence de la République n’a démenti les faits reprochés relatés par le rapport des inspecteurs d’Etat.  Lors d’une rencontre entre une délégation de journalistes et le Président de la République à Iavoloha à la mi-août, Hery Rajaonarimampianina a uniquement reproché à ces hauts fonctionnaires d’avoir remis le dossier entre les mains de la presse. Ces trois inspecteurs généraux d’Etat, accusés de non - respect des règles du métier, sont passés devant le conseil de discipline (Codis). A aucun moment également, durant ce Codis, la véracité des faits relatés dans le rapport des inspecteurs n’a été démentie. Cela fait plusieurs semaines que l’opinion attend actuellement les « preuves » venant du Premier ministre  pour attester son innocence. 

Recueillis par L.A.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff