Publié dans Politique

Sommet de la Francophonie - Le doute persiste sur la question d’infrastructures

Publié le lundi, 31 octobre 2016

Accueillera, accueillera pas ? A moins d’un mois du fameux Sommet de la Francophonie, le doute est encore permis quant à la capacité de Madagascar à accueillir cet évènement international. Si chez les simples citoyens, les interrogations fusent encore concernant la tenue effective du sommet, une confiance forcée est observée chez les dirigeants.

De retour d’un périple express  à Toamasina, le Président Hery Rajaonarimampianina a effectué une visite au Centre de Conférence International d’Ivato et à Andohatapenaka pour « voir l’état d’avancement des travaux au niveau des nouvelles infrastructures qui entrent dans la phase de finition actuellement », selon le communiqué de la Présidence. Une visite qui, cette fois-ci, s’est tenue loin des regards inquisiteurs de la presse. Craignant certainement les questions gênantes des journalistes, le service communication de la Présidence a préféré disséminer les informations après la visite du Président et à l’issue de laquelle quelques « bribes » d’information ont été soigneusement triées et envoyées.

L’on sait par exemple que 75 % des travaux sont réalisés et que « 200 personnes se relayent jour et nuit  pour une livraison dans une dizaine de jours ». Bref, 25 % de travaux  restent à réaliser en moins d’un mois. Le site comportera le Pavillon Madagascar ainsi que celui de la Francophonie et accueillera les stands d’exposition  de plusieurs pays francophones. Malgré ses gesticulations, les doutes planent. Hier, un quotidien réunionnais a même évoqué, dans un de ses articles dédiés à ce Sommet de la Francophonie, que « à moins d’un mois de cette rencontre, la question des infrastructures nécessaires pour l’accueil des grands Chefs d’Etat pose toujours problème ». Sans commentaires.

S.R.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff