Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Justice populaire - Ravalomanana appelle le régime à la fermeté

Publié le mercredi, 09 novembre 2016

La recrudescence du phénomène de vindictes populaires qui gagne du terrain dans le pays suscite des réactions de toute part. Si le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana s’est contenté avant-hier d’annoncer l’application de sanctions contre les responsables des vindictes populaires, l’ancien Président Marc Ravalomanana a, pour sa part, appelé le régime à faire preuve de fermeté par l’application de mesures strictes.

« Tout citoyen accusé d’un crime mérite d’être jugé », a-t-il affirmé, en marge d’une cérémonie de pose de première pierre, hier à Ivato. Et l’ancien Chef d’Etat d’interpeller le régime sur la nécessité de discuter sérieusement sur la question. Pour lui, le phénomène constitue un véritable problème pour le pays car il amène à une violation des droits de l’Homme.

Il faut dire que depuis la série de représailles populaires qui ont marqué plusieurs régions de la Grande île, aucune mesure particulière n’a été prise pour le moment. Il a fallu qu’un affrontement violent éclate entre la population et éléments des Forces de l’ordre à Mampikony pour que le régime daigne lever le petit doigt.

Les magistrats montent au créneau

Hier, le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a adressé un message à la population lors d’une intervention dans une radio privée de la Capitale. Le Syndicat est monté au créneau après que des magistrats et leurs familles aient fait l’objet d’une véritable chasse à l’homme par la population à Mampikony. Le Smm a appelé la population au calme en vue de laisser la Justice faire son travail, au lieu de procéder à des exécutions publiques. Le Smm a mis l’accent sur le fait que Madagascar est un Etat de droit et que la Justice est indépendante. Une manière de regagner la confiance de la population déjà perdue depuis belle lurette. En effet, l’absence de confiance voire la méfiance vis-à-vis des professionnels de la Justice – magistrats et Forces de l’ordre – constitue la première explication avancée par les partisans des vindictes populaires.

S.R.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff