Publié dans Politique

Justice populaire - Ravalomanana appelle le régime à la fermeté

Publié le mercredi, 09 novembre 2016

La recrudescence du phénomène de vindictes populaires qui gagne du terrain dans le pays suscite des réactions de toute part. Si le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana s’est contenté avant-hier d’annoncer l’application de sanctions contre les responsables des vindictes populaires, l’ancien Président Marc Ravalomanana a, pour sa part, appelé le régime à faire preuve de fermeté par l’application de mesures strictes.

« Tout citoyen accusé d’un crime mérite d’être jugé », a-t-il affirmé, en marge d’une cérémonie de pose de première pierre, hier à Ivato. Et l’ancien Chef d’Etat d’interpeller le régime sur la nécessité de discuter sérieusement sur la question. Pour lui, le phénomène constitue un véritable problème pour le pays car il amène à une violation des droits de l’Homme.

Il faut dire que depuis la série de représailles populaires qui ont marqué plusieurs régions de la Grande île, aucune mesure particulière n’a été prise pour le moment. Il a fallu qu’un affrontement violent éclate entre la population et éléments des Forces de l’ordre à Mampikony pour que le régime daigne lever le petit doigt.

Les magistrats montent au créneau

Hier, le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a adressé un message à la population lors d’une intervention dans une radio privée de la Capitale. Le Syndicat est monté au créneau après que des magistrats et leurs familles aient fait l’objet d’une véritable chasse à l’homme par la population à Mampikony. Le Smm a appelé la population au calme en vue de laisser la Justice faire son travail, au lieu de procéder à des exécutions publiques. Le Smm a mis l’accent sur le fait que Madagascar est un Etat de droit et que la Justice est indépendante. Une manière de regagner la confiance de la population déjà perdue depuis belle lurette. En effet, l’absence de confiance voire la méfiance vis-à-vis des professionnels de la Justice – magistrats et Forces de l’ordre – constitue la première explication avancée par les partisans des vindictes populaires.

S.R.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff