Publié dans Politique

Hébergement Sommet de la Francophonie - Sheraton out !

Publié le jeudi, 24 novembre 2016

A deux jours de l’arrivée de Chefs d’Etat et de Gouvernement dans le cadre du Sommet de la Francophonie, l’on apprend que la célèbre enseigne Sheraton, censée assurer la gérance de l’hôtel 5 étoiles d’Ivato, a plié bagage et que le fonctionnement de cet établissement, figurant dans le tiercé de tête de ceux assurant l’hébergement et la restauration de bon nombre de délégations, est en fait assuré par une structure provisoire mise sur pied en catastrophe. Une information gardée dans le plus grand secret en raison sans doute de l’inquiétude qu’elle ne manquera pas de susciter au sein des futurs premiers clients de cette structure hôtelière.

Il faut préciser que l’implantation de Sheraton à Madagascar avec point d’ancrage l’hôtel 5 étoiles d’Ivato était bel et bien un projet en cours de réalisation et ce, avec une ouverture coïncidant avec l’accueil par la Capitale malgache du XVIe Sommet de la Francophonie. L’information avait d’ailleurs été annoncée en grande pompe par le site officiel de cet événement francophone et relayée par la plupart des organes de presse de la place. Ce n’est qu’aujourd’hui qu’on apprend que, après avoir constaté la réalité sur place, l’enseigne mondialement connue aurait conclu que de nombreux points seraient loin de satisfaire ses standards et que, par ailleurs, il serait pratiquement impossible de faire la remise à niveau avant la tenue du Sommet. Aussi, Sheraton, afin de ne pas mettre en péril sa réputation, aurait décidé de ne pas procéder à l’ouverture de l’hôtel dans le cadre de l’accueil du Sommet de la Francophonie.

Ce qui, bien évidemment, ne fait absolument pas l’affaire des autorités malgaches. Celles-ci auraient-elles sommé la chaîne hôtelière de procéder impérativement à l’ouverture de l’hôtel pour accueillir le Sommet mais que cette dernière aurait refusé ? Toujours est-il que, au jour d’aujourd’hui, Sheraton est totalement absent du site et, selon des indiscrétions, elle aurait refusé d’assurer les services durant ce Sommet de la Francophonie. La partie malgache, déjà en mal de structure d’accueil, a donc décidé d’ouvrir coûte que coûte l’établissement en mettant dare-dare sur pied une structure provisoire « patchwork » pour le faire fonctionner et dont la coordination est confiée à un dirigeant d’un grand hôtel de la place et non moins membre actif du parti présidentiel. Ce dernier, en ce qui concerne la restauration, a mis à profit d’une manière anonyme le service traiteur de son propre établissement et pour ce qui est de  l’hébergement, a fait appel à une célèbre école hôtelière présente à Madagascar.Cette situation n’est pas sans susciter des inquiétudes, tant sur le plan de la qualité de service que sur celui sécuritaire, et c’est sans doute pour cette raison qu’elle n’est pas ébruitée. On aura en effet remarqué que, jusqu’ici, aucune annonce officielle n’est venue annoncer le retrait définitif ou non de Sheraton lequel continue donc, aux yeux de l’opinion publique tant nationale qu’internationale, d’être le gérant de l’hôtel 5 étoiles d’Ivato durant le Sommet de la Francophonie. Inquiétude car il faut savoir que le département traiteur d’un établissement hôtelier  -  en cuisine comme en salle  -  fonctionne en grande partie avec du personnel non permanent (les extras, dans le jargon du métier) avec ce que cela suppose de dose d’incertitude, si infime soit-il, à son égard. Pour ce qui est de l’appel à une école hôtelière, quelle que soit sa renommée, elle ne pourra jamais avoir à sa disposition que ses propres étudiants qui, en tant que tels, se servent de vrais clients comme bancs d’essai. Quoi qu’on puisse dire, ce plan B des responsables malgaches en ce qui concerne l’hôtel 5 étoiles d’Ivato, s’il aurait été très à propos pour une « simple » ouverture d’hôtel, n’est pas très indiqué s’agissant d’un événement comme un Sommet du genre de celui de la Francophonie.

Hery M.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle

Editorial

  • Irrécupérables !
     Pour la énième fois, en début de semaine, les étudiants de l’Université d’Ankatso étaient sortis de leurs gonds. Effectivement, ils s’émancipèrent de leur domaine, l’université, pédagogiquement parlant, pour exprimer publiquement et ouvertement leur vive colère. Il y a eu des échauffourées avec les Forces de l’ordre. En cause, le faux bond du Ministère de tutelle. Rappel des faits, le week-end dernier, à l’issue d’une houleuse réunion entre les représentants, d’une part, du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Mesupres) et ceux des étudiants, de l’autre, relative au paiement des bourses, il a été convenu que les responsables du Mesupres afficheront, sans faute, le lundi prochain le calendrier des paiements des bourses. Rendez-vous que les gens du Ministère ont, tout simplement, raté. Et les techniciens du Mesupres se rabattent au cataclysme naturel (Ava) pour se dédouaner.

A bout portant

AutoDiff