Publié dans Politique

Roi Mohammed VI à la mosquée - Des nombreux fidèles refoulés

Publié le vendredi, 25 novembre 2016

Le Roi du Maroc Mohammed VI s’est rendu à la mosquée d’Antananarivo pour la prière de vendredi, hier. La portion de route qui mène à ladite mosquée a été réhabilitée et ladite mosquée a été également aménagée à cette occasion par le pouvoir. 

 

Une aubaine pour les usagers de cette route. A coup sûr, celle-ci n’aurait jamais fait l’objet d’une quelconque réhabilitation si le Roi Mohammed VI n’avait pas choisi la mosquée d’Antananarivo pour la prière de vendredi. Les environs étaient étroitement surveillés et grouillaient d’éléments des Forces de l’ordre. Ces derniers ont encore fait parler d’eux et ont fait preuve d’excès de zèle. Certes, il y va de la sécurité de cet hôte de marque, mais de là à interdire l’entrée de la mosquée aux fidèles musulmans pour la prière de vendredi est intolérable. Des fidèles ont demandé à être fouillés s’ils doutent d’eux mais les éléments des Forces de l’ordre n’ont rien voulu savoir. Il y eut une vive altercation entre des fidèles de la mosquée d’Antananarivo et les éléments des Forces de l’ordre. Les fidèles musulmans ne voyaient pas la raison pour laquelle les Forces de l’ordre ne les autorisent pas à prier. « Nous sommes musulmans et nous sommes venus ici pour prier. Faites votre travail mais laissez nous entrer », ont-ils crié. Comme l’heure de la prière était venue, les fidèles musulmans en question ont dû prier à même le sol devant l’entrée de la mosquée. L’indignation de la foule qui attendait le passage du Roi Mohammed VI à l’extérieur de la mosquée ne s’est pas fait attendre. Les éléments des Forces de l’ordre se sont fait huer.

Le Roi de Maroc, loin de se douter de ce qui s’est passé à l’entrée de la mosquée à sa sortie, a tenu à faire un bain de foule. Les fidèles présents à l’occasion se sont bousculés pour lui serrer la main. De nature simple et modeste, le Roi Mohammed VI a également serré la main des gens qui l’attendaient à l’extérieur de la mosquée.  En tout cas, l’ambiance avait de quoi susciter la jalousie de Hery Rajaonarimampianina dont la cote de popularité est très basse. A noter que 5 000 Corans ont été offerts à cette occasion par le Roi de Maroc aux musulmans de Madagascar.

 A. Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana

La Une

Editorial

  • Indétrônable
    Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

A bout portant

AutoDiff