Publié dans Politique

Miandrivazo - Des militaires sèment la terreur à Itondy

Publié le vendredi, 09 décembre 2016

Des militaires sèment la terreur dans la Commune rurale (Cr) d’Itondy, dans le District de Miandrivazo. Selon le maire de la Cr d’Ankavandra qui a été dépêché dans la Capitale par ses pairs pour alerter l’opinion et le pouvoir central sur les agissements de ces militaires, ces derniers ne se contentent pas de terroriser avec leurs armes qu’ils font crépiter à tout instant face à la population d’Itondy, mais dérobent carrément les biens de celle-ci. « Parmi les victimes que ces militaires ont menacées avec leurs armes figure le maire de la Cr d’Itondy », a-t-il expliqué. « Mercredi dernier, ces militaires sont entrés dans mon bureau et m’ont menacé avec leurs armes. Ils m’ont forcé à sortir de mon bureau et m’ont obligé de s’agenouiller avec des notables (" Tangalamena ") du village sous un soleil ardent », a déclaré François Ramahabiby, maire de la Cr d’Itondy, joint au téléphone hier.


Ces militaires ont pour mission de combattre l’insécurité dans la localité. Mais au lieu d’assurer cette mission, ils abusent de leur pouvoir, terrorisent la population et volent les biens de celle-ci. Il y a quelques semaines, toujours selon nos sources, des militaires ont pillé le village d’Ankilibe dans la Cr d’Itondy et y ont mis le feu. Face à la recrudescence de l’insécurité qui sévit dans le District de Miandrivazo, d’un côté et aux agissements des militaires censés protéger la population, de l’autre, les maires des 16 Communes qui composent ledit District lancent un appel aux autorités compétentes, en l’occurrence le ministre de la Défense nationale. Ils demandent également que les militaires qui ont maltraité le maire et les notables de la Cr d’Itondy soient traduits devant la Justice et punis pour leurs actes.
A. Lepêcheur

1 Commentaire

  • Posté par Cathern
    mercredi, 01 mars 2017

    Thank you for the auspicious writeup. It in fact was
    a amusement account it. Look advanced to far added agreeable from you!
    By the way, how could we communicate?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff