Publié dans Politique

Etat de droit et démocratie - Les juges de la Hcc à l’heure de la remise en question

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

Un tour d’horizon sur le domaine de la Justice en général, les outils électoraux, les interprétations des textes, entre autres. C’est ce qui résume le rendez-vous des juges de la Haute Cour constitutionnelle (Hcc) avec des experts francophones depuis jeudi jusqu’à hier. Un rendez-vous sous forme de « Séminaire de renforcement des capacités » qui s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement des efforts de consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie à Madagascar, que l’éminente institution a tenu en partenariat avec l’Organisation internationale Francophonie (Oif).


D’après les informations émanant du Bureau régional de l’Organisation internationale Francophonie (Broif), il s’agit du prolongement du XVIe Sommet de la Francophonie dont Madagascar a été récemment le pays hôte. « Sous la direction du professeur Jean-Eric Rakotoarisoa, président de la Haute Cour constitutionnelle, deux éminentes personnalités expertes en matière de justice constitutionnelle francophone, à savoir le Professeur Théodore Holo, président de la Cour constitutionnelle du Bénin et le Professeur Jean du Bois de Gaudusson, président honoraire de l’université de Bordeaux IV Montesquieu, ont animé ce séminaire d’échanges des bonnes pratiques », souligne un communiqué du Broif. L’heure est également à la remise en question sur les pratiques à Madagascar pour les juges d’Ambohidahy. Une occasion de faire des comparaisons sur les pratiques dans la Grande Ile et celles du milieu francophone.


Dans l’optique d’une « justice constitutionnelle de qualité et efficace », l’Oif entend poursuivre son accompagnement durant l’année 2017.
Recueillis par S.R.

1 Commentaire

  • Posté par rakotoarisoa honore
    dimanche, 18 décembre 2016

    Normal mm les etudiants en droit dans le cadre de leur memoire analysent le bienfonde des decisions prises par la HCC! Ça sent la ridicule !!!!

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff