Publié dans Politique

Gendarmerie nationale - « Plus jamais de gabegie »

Publié le vendredi, 23 décembre 2016

Le commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa, reste ferme sur les qualités et les compétences des éléments constitutifs de cette institution militaire. « La gabegie n’a plus de place chez nous. Il faut évoluer selon la règle du jeu », nous a-t-il dit hier à l’issue de la cérémonie de sortie de promotion des stagiaires à l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (Esgn) à Moramanga, hier. Les moins qualifiés et les moins compétents ont intérêt à se perfectionner, à en croire ce haut responsable.


La Gendarmerie nationale se met au diapason de la mondialisation, selon ses dires. Elle a fait ses preuves durant le dernier Sommet de la Francophonie à Antananarivo en novembre dernier. C’est ce qui a été d’ailleurs mis en exergue durant les stages et formations dispensés à l’Esgn cette année. Quatre défis dont la gestion des ressources humaines et les droits de l’Homme ont été à l’honneur. Entre autres, la spécialisation sur la cybercriminalité et l’analyse criminelle ont eu leur place d’honneur dans le processus. « Le Samifin (lire : Service de renseignement sur le blanchiment d’argent) est une entité non militaire. Nous avons formé des militaires qui vont travailler avec cette branche de l’administration », a souligné le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa.


Stage et perfectionnement


L’objet de la cérémonie militaire qui a eu lieu à Moramanga hier porte sur le 8e cours de la section de recherche criminelle, le 29e cours de perfectionnement des officiers subalternes, le 3e cours des chefs de groupe d’appui de police judiciaire, le 29e cours de formation des officiers issus du rang, le 3e cours de directeur d’enquête, le 29e stage militaire professionnel de brevet de spécialisation numéro 1 et le 8e cours de spécialisation de première instance 1 et 2 en informatique. Pour cela, le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale (Seg), le Général de Corps d’armée Didier Gérard Paza, a fait le déplacement avec d’autres hauts responsables, notamment ceux fraichement promus dont le désormais Général de division Florens Rakotomahanina, bien connu à Antananarivo.


Dans son allocution, le commandant de l’Esgn, le colonel Zafinirina Ny Haingo Ramasitera a souligné la pleine contribution de la Gendarmerie nationale française à l’organisation des cours dispensés à nos gendarmes. Le Seg, pour sa part, a tenu à réitérer que la sécurité est une affaire de tous. « La société attend de nous de la dignité et du professionnalisme », s’est-il adressé aux sélectionnés pour les stages et formations annuels pour cette année.
Manou Razafy

1 Commentaire

  • Posté par JUDALET MAURICE
    dimanche, 15 janvier 2017

    A Madagascar la presse travaille beaucoup mieux que la gendarmerie et j'ai pour preuve le lien du site que je poste. A mes yeux Madagascar ne ressemble qu'à "CORRUPTION. VOL. MAGOUILLE". .......

    http://sebastien-judalet-lynchage-nosy-be.fr/

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff