Publié dans Politique

Expropriation à Toamasina - Une vindicte populaire évitée de justesse

Publié le mercredi, 01 mars 2017

 

Une vindicte populaire a pu être évitée à temps dans la ville de Toamasina, mardi dernier. La ville du port a failli connaître des troubles momentanés sans la diligence de la force d’intervention de la Police nationale. Des gros bras, envoyés par un membre de l’Exécutif de la Commune urbaine de Toamasina, selon une source locale, ont pénétré de force dans la maison d’un particulier sise à la cité Béryl rose, lot 1.

Sans discussion aucune, ces musclés aux allures impitoyables ont commencé à jeter dehors les meubles se trouvant à l’intérieur. Prise de panique, la mère de famille, son mari étant à l’extérieur du domicile au moment du fait, a appelé au secours. Ce faisant, la foule s’est amassée aux alentours pour regarder ce qui s’est passé. Entre-temps, la dame a reçu quelques coups de poing, ce qui a incité les téméraires à intervenir sur-le-champ. Heureusement, les Forces de l’ordre ont débarqué à temps pour stopper les échauffourées entre civils. Leur venue a d’ailleurs invité les missionnaires hors norme à déguerpir.

Quatre ans

L’habitation en question fait l’objet d’un litige en ce moment. L’affaire remonte à 1999, selon des précisions. L’occupant a alors engagé la démarche en vue de l’acquisition définitive de ce bien appartenant à la Municipalité. L’évaluation, suivie de la procédure de vente, n’a pu avoir lieu que 6 ans plus tard. Mais celle-ci n’a été conclue qu’en 2012, c’est-à-dire sous la transition.

Deux délégations spéciales ont administré la ville de Toamasina à l’époque. Il a été établi que l’acquéreur s’acquitte la somme de 

6 millions environ par an durant dix ans. Et il reste encore quatre ans à parcourir actuellement avant l’expiration du délai fixé. La mort dans l’âme, une voix de l’équipe municipale a clamé que le contrat de vente conclu en 2012 est devenu caduc.

Incapable

Elle a crié qu’il s’est agi d’un  « Fanjakana gaboraraka tsy nanara-dalàna » (lire : régime anticonstitutionnel). Or, la personne qui a proféré ce propos a bel et bien fait partie de l’équipe des deux présidents de la délégation spéciale désignés par ce qu’elle qualifie de pouvoir illégal. Le même individu aussi est reconnu comme étant parmi les fervents dirigeants des opérations de pillage des biens appartenant au « Tiko Group Sa » dans la ville en 2009.

Ce mardi, les responsables de la sécurité publique à Toamasina ont demandé au responsable municipal concerné de produire les documents justifiant l’expropriation de l’occupant du logement cité plus haut. Incapable d’y répondre tout de suite, il a fait attendre. Les pièces requises ne sont pas encore parvenues au bureau des responsables de la sécurité publique de la ville du port jusqu’à hier après-midi.

Outre l’agression physique subie par l’épouse du propriétaire, des biens ont été déclarés disparus après l’intrusion inattendue des troupes à la solde du responsable municipal. Des bouteilles de boissons ont été aussi vidées ou emportées, une partie de la propriété étant aménagée en salle de karaoké.

Manou Razafy

 

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff