Publié dans Politique

Entourage de Hery Rajaonarimampianina - Milavonjy Philobert dénonce l’attitude des « magouilleurs »

Publié le mercredi, 15 mars 2017

« Bon nombre de ceux qui composent l’entourage du Président de la République Hery Rajaonarimampianina travaillent de manière juste et droite. Il y a néanmoins ceux qui lui ternissent carrément l’image en étant impliqués  dans des affaires de magouille », a déclaré le député Milavonjy Philobert.

Ce dernier ne manque pas de rappeler les noms de ces proches du Président qui ont été cités à plusieurs reprises dans des affaires « sales ».Pour cet élu d’Ambovombe Androy, ces personnalités tristement célèbres exercent une forme d’abus de pouvoir en se prévalant un certain privilège en étant proches du pouvoir. « Il y a des personnes qui salissent carrément la réputation du Président de la République à travers les trafics et les formes de corruption dans le pays », déplore ce membre de l’Assemblée nationale. Evitant de citer des noms, ce député fait pourtant allusion aux visages bien connus de la population et qui, selon toujours ses propos, renvoient une image négative du Président. « La population juge le Président à travers ces attitudes de son entourage. Pourtant, il n’est pas le commanditaire de leurs actes », affirme-t-il. Du coup, le statut de proche du Président devient un refuge.

Bons et mauvais grains

Ce n’est pas la première fois que ces membres de l’entourage du Chef de l’Etat créent la polémique. « Le Président de la République devrait distinguer les bons et les mauvais grains dans son cercle », préconise ce parlementaire. Et de souligner que « il y a pourtant d’autres proches du Président qui travaillent avec beaucoup de volonté et d’humilité ». Selon lui, le fait de savoir qu’il y a encore de « bonnes personnes » autour du locataire d’Iavoloha, l’aurait poussé à soutenir le régime.  Concernant les rumeurs d’une guerre intestine au sein des partisans du Hvm, ce député d’Ambovombe  reconnait qu’« il existe une divergence d’opinions mais pas à cause du Président ». Ce membre du Parlement de Tsimbazaza égratigne au passage les comportements de certains politiciens qui, selon lui, seraient dictés, non pas par la conviction, mais par le simple souhait d’obtenir une place au sein du Gouvernement. « A défaut d’une intégration, ces mêmes politiciens se montrent très critiques à l’encontre du régime. Mais lorsqu’ils obtiennent une place, ils ne trouvent plus rien à dire », constate-t-il. Il s’en remet à l’unique prérogative du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina dans le changement du Gouvernement ou pas. Touchant un mot sur l’affaire Antsakabary, il estime que les deux chefs de l’Exécutif ont déjà pris leurs responsabilités en procédant à l’éviction du ministre de la Sécurité publique.

Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff