Publié dans Politique

Affaire Antsakabary - La Cnidh appelle aux sanctions pour tous les coupables

Publié le vendredi, 17 mars 2017

Nouveau rebondissement dans l’affaire Antsakabary. A la suite d’une investigation menée sur les lieux par la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (Cnidh) du 2 au 7 mars dernier, la conclusion confirme que des violations des droits de l’Homme ont été commises. Le rapport de la Cnidh incrimine aussi bien les personnes qui ont lynché les deux policiers que les policiers qui ont commis de nombreuses exactions dans les villages d’Antsakabary.

Des violations « ont été commises autour du meurtre de deux (02) policiers du Commissariat du District de Befandriana-Nord et des actes perpétrés lorsqu’un peloton d’une quarantaine de policiers a été envoyé dans la Commune d’Antsakabary », précise la Cnidh qui a effectué un compte-rendu de son investigation, hier à son siège aux 67ha. « Le sous-brigadier Dieu Donné Razafison et l’agent de police de premier échelon Samson Razafindramevajery ont été tués d’une manière barbare », constate la Cnidh. D’après la commission, « l’examen des dépouilles révèle de nombreuses perforations sur la boîte crânienne. Des blocs de pierre ont été par la suite jetés sur leurs têtes et leurs armes. Des entailles profondes faites avec plusieurs armes blanches ont été constatées lors des autopsies. Des témoignages indiquent qu’ils ont été tailladés au coutelas, même déjà morts ». La Cnidh soulève le fait que les deux agents ont été brutalement arrachés à leurs familles dans des circonstances tragiques. Le premier a laissé derrière lui deux orphelins dont l’un est âgé de 8 ans et l’autre de 8 mois, tandis que le second agent a un enfant de quatre ans. 

Des exactions policières inouïes

Concernant les actes commis dans les villages d’Antsakabary, la liste des exactions est longue. Homicide involontaire, incendies criminels, tortures et maltraitances physiques, pillages, humiliation, traitements dégradants, extorsion d’aveux, tentative d’entrave à la liberté de la presse, déformation de plaintes sont autant d’infractions relevées au cours des évènements survenus dans cette localité de Befandriana-Nord. Pour en revenir à l’incendie, 487 toits ont été ravagés par le feu, selon les statistiques recueillies auprès du chef d’Arrondissement d’Antsakabary, dont 80 à Ambalamanga Ankisigny, 230 à Ambinanindrano, 80 à Antanagnambo, 75 à Ambodifinesy et 22 à Ambohitraivo. Des dizaines de tonnes de paddy, des vivres, des articles de commerce, des fiches individuelles de bovidés, des matériels d’une église à l’instar des bibles, des papiers fonciers ainsi que les économies de certains villageois ont été réduits en cendres. Des actes de torture perpétrés par les policiers dépêchés dans les villages ont également été dénoncés. Des tortures inouïes à des fins d’extorsion de fonds. « Des villageois arrêtés ont été ligotés par des policiers armés, forcés à se mettre à plat ventre dans la boue et à se déplacer en s’agenouillant », rapporte la Cnidh. Arrêtées dans l’après-midi du mercredi 22 février, près de 400 personnes ont été gardées dans une salle à Tavenina pour y passer la nuit sans nourriture.

L’Exécutif interpellé

La Cnidh interpelle l’Exécutif sur cette situation de violation des droits de l’Homme en faisant valoir les dispositions de l’article 2 de la loi 2014-007. La Commission insiste également sur « l’application de la loi à l’endroit de toute personne jugée coupable des violations des droits de l’Homme ayant été commises ». Après le procès qui a décidé le placement sous mandat de dépôt de 5 prévenus dans l’affaire de lynchage des deux policiers, le verdict est encore attendu. En attendant, la Cnidh « appelle à la prise de mesures administratives contre les agents de l’Etat ainsi que les autorités impliqués dans cette affaire, selon le degré de responsabilité ». Concernant l’incendie des villages, la commission mixte composée d’officiers de police judiciaire issus de la Gendarmerie et de la Police nationale a déjà mené une enquête sur les lieux. Malgré ladite enquête, un silence complet est observé par les autorités au sujet de cette série d’incendies. Une suite de l’affaire est donc attendue dans les prochains jours.
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff