Publié dans Politique

Paiement de leur alignement d’indice - Les anciens militaires font monter la pression

Publié le dimanche, 26 mars 2017

Des militaires et gendarmes, des veuves de militaires, des retraités de l’Armée et de la Gendarmerie, ont montré leur détermination. Samedi dernier, près d’un millier de ces hommes et femmes se sont donné rendez-vous à Andrefan’Ambohijanahary, Antananarivo. Des manifestations du même acabit ont eu lieu un peu partout dans la Grande île, pour ne citer que Mahajanga ou encore Vohipeno, selon les précisions. Des manifestations qui ont pour but de réclamer le paiement de leur alignement d’indice et de leur rappel de moins perçus que l’Etat rechigne à leur donner.

Devant la presse samedi à Andrefan’Ambohijanahary, les leaders de ces anciens militaires ont rappelé l’existence de l’arrêt numéro 120 rendu en 2010 par le Conseil d’Etat qui ordonne à l’Etat malagasy de payer cet alignement des pensions de retraite des anciens militaires et gendarmes. Ils rappellent que cela fait suite à une requête déposée en 2008 par le président national de l’Association des anciens militaires (Aam), Ramanantsimba Etienne Jean Noël. Ils soutiennent que malgré les nombreuses interpellations, cette décision de justice n’est toujours pas suivie d’effet. Des sous-officiers supérieurs et jusqu’aux officiers généraux ont pourtant pu percevoir la somme correspondant à l’alignement en question, martèlent-ils, dénonçant un deux poids deux mesures. « Les sous-officiers subalternes et hommes de troupe n’ont pas bénéficié de ce même traitement », renchérissent-ils. Le 23 février dernier, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Andrefan’Ambohijanahary, ces membres de l’Aam avaient donné un mois aux tenants du régime pour répondre à leurs revendications. Cet ultimatum a échu en fin de semaine dernière. Seul le Sénat leur aurait donné suite. Une rencontre avec les membres du Bureau permanent du Palais de verre d’Anosy a eu lieu en début de semaine dernière. Les militaires et gendarmes soutiennent que les réponses données par les sénateurs n’ont toutefois pas été satisfaisantes. Les membres du bureau permanent du Sénat se seraient bornés à leur donner des conseils sans donner de réponses concrètes. Face à l’entêtement du régime, les membres de l’Aam promettent de durcir leur mouvement. « Nous allons prendre les mesures nécessaires », soutient Jean Solo Randrianasimanana, président de l’Aam. Dans une déclaration, ces anciens militaires et gendarmes rappellent par ailleurs leurs confrères d’armes à venir grossir les rangs. Ils soutiennent également que les militaires n’ont pas été éduqués à « reculer » mais à « avancer ensemble ». Un message destiné aux autorités compétentes.
L.A.

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff