Publié dans Politique

Claudine Razaimamonjy - Le Mmm réclame son extradition

Publié le mercredi, 12 avril 2017

Ramener Claudine Razaimamonjy au pays. Tel est l’objectif de la démarche entamée par le parti « Malagasy miara-mainga ». Au cours d’une conférence de presse, hier dans l’après midi, à l’issue de la réunion hebdomadaire de son bureau politique, le « Mmm » a appelé le Premier ministre mauricien à extrader cette conseillère du Président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina. « Une lettre a été envoyée au Gouvernement mauricien, afin qu’il considère le cas de madame Claudine Razaimamonjy et prenne des mesures adéquates quant à son extradition dans les plus brefs délais », précise même la déclaration du parti de Hajo Andriainainarivelo, qui fait partie des opposants au pouvoir central à Madagascar.

Pour rappel, Claudine Razaimamonjy avait quitté l’hôpital Hjra d’Ampefiloha, lundi dernier, où elle avait été admise deux jours plus tôt suite à l’annonce de son placement sous mandat de dépôt, prononcée par la Chaîne pénale anti-corruption. Accompagnée du sénateur Riana Andriamandavy VII, la propriétaire de l’Hôtel A&C s’est envolée en direction de l’île Maurice. Et ce, alors même qu’elle est frappée par deux interdictions de sortie du territoire (Ist), prises par le procureur général de la Cour d’appel d’Antananarivo, le 29 novembre 2016 et le 07 avril 2017 sur demande du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Deux actes judiciaires qui n’ont jusqu’ici pas fait l’objet d’une main levée de la part du procureur général près de la Cour d’appel (Pgca), autorité suprême dans ce dossier. Pour beaucoup, cette évacuation sanitaire à l’île Maurice n’est qu’un subterfuge élaboré par Claudine Razaimamonjy et ses proches au niveau du régime pour s’épargner les affres de la prison. D’ailleurs, selon nos sources, l’examen pour laquelle cette dame a été évacuée à Maurice ne serait pas nécessaire, vu son état de santé. Certains suspectent que la dame, une fois son séjour au Fortis Clinic Darné terminée, ne daigne pas respecter la décision de la Chaîne pénale anti-corruption (Cpac) de l’envoyer à Antanimora en attendant son procès.

 La vigilance de la communauté internationale requise

Pour le parti « Mmm », Madagascar est prêt à redoubler d’efforts pour atteindre l’objectif du développement. Cependant, ce parti « tient à souligner que les gouvernants doivent faire montre de probité et d’intégrité dans leur gouvernance pour que la lutte contre la pauvreté ne soit qu’un vain mot ».  Et le « Mmm » de rajouter : « Certes, les textes sont votés et adoptés pour se conformer aux recommandations des Partenaires techniques et financiers, mais ce sont les gouvernants eux-mêmes qui les renient, si l’on se réfère aux récents événements, notamment à la soustraction à la Justice de la conseillère du Président de la République, madame Claudine Razaimamonjy, mise sous mandat de dépôt "pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics, détournement de deniers publics et de blanchiment d’argent", sans compter les actes de corruption avérés et systématiques ».

Au cours de sa déclaration, le « Mmm » s’est permis de recommander « la plus grande vigilance à la Communauté internationale pour éviter qu’elle ne soit perçue par l’opinion publique comme complice de la gouvernance actuelle qui privilégie l’impunité et le non-respect de lois éloignant Madagascar du développement tant attendu par la population ». Notons que le parti « Tiako i Madagasikara » (Tim) est monté au créneau pour demander des éclaircissements de la part de l’Exécutif. Lors d’un point de presse dans ses bureaux à l’Assemblée nationale de Tsimbazaza, Guy Rivo Randrianarisoa, député et membre du bureau politique du Tim, a interpellé les dirigeants à apporter des explications claires de la part du Chef de l’Etat et du Premier ministre, qui sont restés curieusement silencieux par
rapport à ce dossier, jusqu’ici.
L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Loi des finances - De nouveau amendée par les députés
  • Loi des finances - De nouveau amendée par les députés
  • Bois de rose stocké à Iavoloha - Rolly Mercia pris en flagrant délit de mensonge
  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana

Editorial

  • Suicide collectif !
    En Occident (France, Suisse et Canada), un phénomène rare brisait l'émotion des gens. En effet, une secte communément appelée l'Ordre du temple solaire (OTS) fondé par Luc Jouret et consorts en 1984 parvenait à convaincre ses adeptes, apparemment fanatisés, à se suicider ensemble entre les années 94 et 97 faisant 74 victimes. Pour des raisons diverses, l'insolite phénomène « s'institutionnalise » au Japon.

A bout portant

AutoDiff