Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Tribunal d’Anosy - « Wake up » se mobilise face à des citoyens anesthésiés

Publié le vendredi, 14 avril 2017

« Non à l’impunité », tel pouvait-on notamment lire sur les pancartes que brandissaient les membres du mouvement « Wake up Madagascar » (Wum). Ces derniers se sont mobilisés pour dénoncer les nombreuses violations de l’Etat de droit perpétrées par le régime actuel,

devant le Tribunal d’Anosy. La dernière en date, l’évasion organisée de l’opératrice Claudine Razaimamonjy qui fut dénoncée par le Syndicat des magistrats de Madagascar. A ce sujet justement, les activistes du « Wum » soulignent que personne ne doit être au-dessus de la loi et exigent que la patronne de l’hôtel A&C subisse les peines qu’elle mérite, ainsi que tous ses complices dans cette affaire. Pour ce rendez-vous pacifique, le « Wake up Madagascar » a appelé tous les citoyens ainsi que toutes les forces vives du pays à les rejoindre. La seule ombre au tableau, l’affluence n’était pas encore au rendez vous.  Ils n’étaient que quelques vingtaines à former les rangs des manifestants, entourés de quelques badauds.  Comme à chacune de ses manifestations, le « Wum » semble prêcher devant des citoyens anesthésiés qui ne réagissent plus face à la douleur. Douleur due à la trahison des dirigeants qui manquent sans le moindre scrupule à leurs promesses et enchaînent les dérives en haut lieu : détournement de deniers publics, favoritisme, népotisme, corruption, blanchiment d’argent, violation des lois, etc. 

Stoïcisme

Cette mobilisation du « Wake up » n’est pourtant pas la première. Connu pour ses nombreuses dénonciations, le « Wum » agit également. Quand le délestage était à son summum, ce mouvement citoyen a organisé une manifestation sous forme de ceinture humaine du côté d’Anosy, mais qui fut peu suivie par les citoyens. Idem pour le rassemblement tenu du côté d’Antaninarenina pour s’opposer au festin d’Iavoloha au début de l’année. Même si les consignes et appels à manifestation ne sont pas suffisamment répercutés par les médias, il n’empêche que beaucoup d’internautes « likent » les publications. Si l’on ne comptait que ces « likers », le nombre de manifestants ne se limiterait pas à quelques vingtaines mais des centaines, voire des milliers. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette nonchalance citoyenne à s’exprimer, même de manière pacifique. Soit la culture de la participation citoyenne n’est pas encore très ancrée chez les Malagasy, soit il s’agit d’un pur stoïcisme. Pour sortir de cette somnolence, le peuple malagasy a peut-être encore besoin d’une bonne dose de « caféine » à la sauce Hvm !

Sandra R.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff