Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Hjra - Contrôle de détention de Claudine R. - Riana Andriamandavy VII délire

Publié le mardi, 02 mai 2017

Le sénateur Riana Andriamandavy VII fait encore des siennes. Hier, au cours d’une interview en marge de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire de la Chambre haute du Parlement au Palais de verre d’Anosy, le sénateur Riana Andriamandavy VII a donné sa version concernant le contrôle de détention de Claudine Razaimamonjy, effectué dimanche soir à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra). 

Pointant du doigt « une désinformation », le sénateur soutient que « c’était  la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) qui a été à l’hôpital où Mme Claudine a été hospitalisée, dimanche à 20h ». Durant ce contrôle, la présidente du Smm ne serait munie d’aucun mandat ni autorisation, raison pour laquelle son accès à la chambre de sa belle-sœur aurait été refusé par « l’administration de l’hôpital et l’agent pénitentiaire » qui a assuré la garde de la détenue, précise le parlementaire Hvm. De deux choses l’une. Soit, le vice-président du Sénat veut induire l’opinion en erreur, soit il ignore qu’il avait devant lui non pas la présidente du Smm mais le substitut du procureur. C’est en effet à ce titre que Fanirisoa Ernaivo, puisqu’il s’agit d’elle, a effectué cette visite de contrôle inopinée des détenus hospitalisés à l’Hjra. 

D’après les informations recueillies, deux visites étaient au programme du représentant du Parquet. La première concernait une prévenue accusée de vol de bovidés et hospitalisée au service de réanimation médicale de l’Hjra. La seconde visite concerne donc, Claudine Razaimamonjy. Si la délégation emmenée par le substitut du procureur a pu contrôler la présence de la première prévenue dans sa chambre, elle a en revanche été empêchée de pénétrer dans la chambre de la seconde par le sénateur Riana Andriamandavy VII, et trois personnes en tenue civile. Et ce, bien malgré l’insistance du magistrat du Parquet et de l’agent pénitentiaire, chargé de surveiller la détenue. Les informations vérifiées indiquent pourtant que le substitut du procureur a eu l’autorisation du procureur de la République, du directeur de l’Hjra et de l’administration pénitentiaire. 

Hier, le parlementaire de la Chambre haute a reconnu avoir été dans la chambre de Claudine Razaimamonjy en tant que « membre de sa famille » et pour « lui rendre visite ». De prime abord, les observateurs avertis de se demander si cet ancien jeune Tim, ancien jeune Tgv et actuellement membre actif du Hvm, dispose d’un permis de visite délivré par les autorités judiciaires compétentes lui permettant de visiter ainsi une prévenue. Et de surcroît à des heures tardives en dehors des règlementations. Reste également à savoir de quel droit une personne civile se permet d’empêcher l’accès à la chambre d’une prévenue de magistrats du Parquet… 

Pour tenter d’enlever tout doute quant à la présence de sa proche dans les locaux de l’Hjra, Riana Andriamandavy VII réplique aux journalistes en indiquant que « à tout moment, vous pouvez aller vérifier qu’elle est bien à l’Hjra, dans la chambre 126 ». Force est de se demander dès lors pourquoi ne pas avoir autorisé le substitut du procureur à pénétrer dans la chambre où est supposément hospitalisée Claudine Razaimamonjy. Certains analystes de s’interroger également si le sénateur est devenu le directeur de l’établissement pénitentiaire dans lequel devrait être sa proche ou encore le directeur de l’établissement hospitalier ? En effet, ces deux responsables font partie des seules personnes autorisées à délivrer une autorisation de visite à une prévenue…

Recueillis par R.M.

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff