Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Contrôle de détention - Les faux raccords du film « cellule 126 »

Publié le mercredi, 03 mai 2017

A voir la photo de Claudine Razaimamonjy publiée par certaines presses hier, il est clair qu’on veut faire croire au public qu’elle est dans un état de fatigue extrême, à un tel point elle ne peut même pas ouvrir les yeux malgré la présence de visiteurs, voire qu’elle ne peut pas se tenir debout. A trop vouloir bien faire cependant, ceux qui ont eu l’initiative et les réalisateurs de cette opération médiatique ont totalement perdu de vue certains faits antérieurs qui, rapprochés à la scène supposée se dérouler avant-hier, met en évidence de grossiers faux raccords (voir définition de ce terme cinématographique en encadré ci-après).

On ne peut que se demander en effet à quel moment Claudine Razaimamonjy a bien pu replonger dans cet état proche du coma. Car il semblerait bien qu’on a oublié que la patronne d’A&C Palace a foulé le tarmac d’Ivato emmitouflée dans un « burka » et apparemment en pleine forme puisque c’était à pas rapides, dans tous les cas à pied, qu’elle a parcouru les quelques mètres qui séparaient l’avion qui l’a débarquée de l’ambulance qui allait l’emmener à l’Hjra. 

Si on remonte encore un peu plus dans le temps, l’on sait qu’elle n’a passé que les deux premières journées de son séjour mauricien à la clinique Fortis Darné où elle a été immédiatement admise suite à sa supposée « évacuation sanitaire d’urgence ». Etant donné qu’il est hors de question de penser que c’était dans cet état critique que les cliniciens de l’île sœur l’ont fait sortir de leur établissement après deux jours de soins, force est donc de conclure qu’elle était obligatoirement sur pied à sa sortie d’hôpital. 

A supposer encore qu’elle pourrait avoir fait une rechute ultérieurement, pourquoi elle n’a pas été réhospitalisée à la même clinique Fortis Darné pour la reprise des soins ? On peut encore arguer qu’elle a changé d’établissement sanitaire ou qu’elle a été prise en charge par des médecins privés par la suite, doit-on donc conclure que ces derniers ont prescrit sa réévacuation à Madagascar alors qu’elle est encore dans l’état tel qu’on l’a vu sur les photos d’hier ? Sinon, il faut alors croire que sa rechute est intervenue juste après sa réadmission à l’hôpital Hjra vu que, comme on l’a rappelé plus haut, elle était sur pied à sa sortie d’avion. Pour résumer les faux raccords de ce film à rebondissements qu’on serait tenté d’intituler « cellule126 », l’état de santé de Claudine Razaimamonjy présenté hier ne cadre, ni avec la décision des médecins de la clinique Fortis Darné de la faire sortir de leur établissement, ni avec la prolongation de son séjour en terre mauricienne après cette sortie d’hôpital, encore moins avec la bonne santé affichée par la « Dame au Burka » qui a été vue, le 23 avril dernier, sortir de l’avion en provenance de Maurice et embarquer dans une ambulance en direction de l’Hjra.

Un « raccord » est un aspect du montage d’un film. C’est ce qui raccorde deux plans successifs. On parle de « faux raccord » lorsque la fin d’un plan ne colle pas avec le début de celui qui succède. Il existe des vidéos qui ne sont que des compilations de faux raccords de différents films.

Hery M.

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff