Publié dans Politique

Nomination d’ambassadeurs - Couacs de dernière minute ?

Publié le dimanche, 14 mai 2017

Attendue la semaine dernière, la nomination des ambassadeurs n’a pas eu lieu. Repoussée ou annulée ? Telle est la question que se sont posés bon nombre d’observateurs  En marge de la réception organisée par le chef de délégation de l’Union européenne, Antonio Sanchez Benedito-Gaspar en début de semaine dernière à la villa Iranja de Tsarasaotra, dans le cadre de la célébration de la Journée de l’Europe, la ministre des Affaires étrangères Atallah Béatrice a pourtant annoncé aux journalistes la nomination très prochaine de nouveaux ambassadeurs auprès des pays partenaires de Madagascar. 

Si elle n’a pas mentionné les pays ou organisations hôtes de ces nouveaux ambassadeurs, le numéro « Un » de la diplomatie malagasy est toutefois allé jusqu’à déclarer qu’il fallait voir de près le dernier Conseil des ministres. Malgré cette annonce, les nominations n’ont pas eu lieu. Le communiqué de presse relatant les décisions prises lors du dernier rendez-vous hebdomadaire de l’Exécutif a accouché sur la nomination de nombreux nouveaux hauts employés de l’Etat, parmi lesquels ne figurait aucune nomination d’ambassadeurs. 

Les observateurs ne peuvent que se demander les raisons pour lesquelles ces nominations n’ont pas eu lieu ? Y a-t-il eu des couacs de dernière minute dans la liste des pressentis ambassadeurs ? Cet épisode est en tout cas caractéristique des soubresauts continuels que vit le pays depuis l’accession de Hery Rajaonarimampianina. Après 40 mois passés à Iavoloha, le Président malagasy n’a toujours pas procédé à la nomination d’ambassadeurs, alors que l’imminence de la nomination de ces représentants de l’Etat malagasy a été à  maintes reprises, annoncée. 

Si l’on voit ce que le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina fait depuis trente-neuf mois qu’il est à la tête du pays, on peut exactement dire qu’il tâtonne, cafouille et se cherche désespérément. C’est comme si le Président de la République était un égaré dans les dédales sinueux de son magistère. Faut-il souligner que les ambassadeurs ont pourtant pour mission de représenter et de défendre les intérêts du pays. Notons donc que Madagascar n’aura pas d’ambassadeur lors de la rencontre qui serait prévue dans la semaine entre le tout nouveau Président de la République française Emmanuel Macron avec les membres du corps diplomatique accrédité en France… Reste à savoir si la nomination des ambassadeurs aura lieu cette semaine ou bien si cela sera de nouveau reportée.

L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff