Publié dans Politique

Détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy demande une liberté provisoire

Publié le lundi, 15 mai 2017

Vers un nouveau rebondissement dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Après l’épisode d’évacuation sanitaire à l’île Maurice, puis le séjour d’hospitalisation interminable à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, la milliardaire prévoit de tenter une nouvelle démarche. D’après une source proche du dossier, la conseillère présidentielle prévoit d’effectuer une demande de libération provisoire (Lp) par le biais de son avocat. Une demande dans ce sens aurait même déjà été déposée. L’on apprend même que la propriétaire de l’hôtel A&C entend appuyer sur le bouton « forcing » pour obtenir gain de cause. Autrement dit, elle pourrait jouer la carte de son statut en tant que proche du régime pour bénéficier effectivement d’une Lp.

En principe, aucune demande de Lp ne peut s’exécuter avant que l’enquête au fond soit effectuée. Ce qui n’est pas encore le cas en ce moment. Claudine Razaimamonjy étant, de surcroît, accusée de détournement de deniers publics, elle ne devrait donc pas bénéficier d’une Lp. En effet, d’après une source judiciaire, le mandat de dépôt est systématique pour un suspect impliqué dans un détournement de deniers publics. Jusqu’au procès, aucune Lp n’est possible en l’occurrence. Il revient au juge de décider, au moment du procès, de prononcer une peine d’emprisonnement ou de relaxer le prévenu.

Bruits de couloir

L’information relative à la demande de Lp avait déjà alimenté les bruits de couloir dans la soirée même de l’évacuation de Claudine Razaimamonjy à l’Hjra, le 7 avril. Dans la soirée, une délégation composée des proches d’Iavoloha a débarqué dans la chambre qui hébergeait Claudine Razaimamonjy. Selon les indiscrétions, le recours à la demande de Lp avait déjà été avancé. Quelques heures avant, la milliardaire avait été auditionnée auprès du Parquet de la Chaîne pénale anti-corruption, aux 67ha. A l’annonce de la décision du Parquet de la placer sous mandat de dépôt, la conseillère spéciale d’Iavoloha a eu un malaise qui s’est ensuivi d’une évacuation immédiate à l’Hjra.  Elle a, par la suite, pu bénéficier d’une évacuation sanitaire à l’île Maurice avant de retrouver son lit d’hôpital dans la chambre 126 de l’Hjra.  

Hier, vers 18h30, de fortes rumeurs ont laissé entendre que cette proche conseillère de Hery Rajaonarimampianina avait quitté son lit d’hôpital pour une direction inconnue. Un « fait nouveau » qui pourrait conforter une nouvelle tentative d’affranchir la conseillère du Président de tout passage en prison voire de l’extraire des mains de la Justice.

Recueillis par Sandra R.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff