Publié dans Politique

Dossiers chauds - Le Premier ministre déclare la guerre aux magistrats

Publié le mercredi, 17 mai 2017

La guerre est bel et bien déclarée entre le Premier ministre et les magistrats. Avec les tensions de ces derniers temps autour de l’affaire Claudine Razaimamonjy, la dernière déclaration de Mahafaly Olivier Solonandrasana a mis le feu aux poudres. Le compte-rendu du Conseil du Gouvernement, tenu au Palais de Mahazoarivo, mardi dernier, souligne que le patron de la Primature « a aligné des sujets d’actualité appelés à être traités dans les plus brefs délais ». Parmi lesdits sujets, le chef du Gouvernement fait état d’opérations de déstabilisation et « a donné un ordre, formel et catégorique, aux membres du Gouvernement concernés pour prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel que soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de ses prérogatives légales ».

Des propos qui, à première vue, font référence aux derniers évènements du moment, c’est-à-dire l’affaire Claudine Razaimamonjy en l’occurrence. Quels genres de mesures le Premier ministre voudrait-il appliquer ? Et parlant de déstabilisation, pourquoi n’a-t-il pas émis la moindre réflexion sur les comportements du sénateur Riana Andriamandavy VII qui a osé tenter de déstabiliser les procédures du Bianco et faire obstruction à la Justice pour défendre bec et ongles sa milliardaire de belle-sœur ?

Ingérence 

Nul n’ignore, en effet, les multiples mobilisations des membres du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) dans le cadre de cette affaire. Pour ne citer que les deux dernières visites inopinées à la chambre 126 du service « Neurochirurgie » de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona où la milliardaire et non mois proche conseillère d’Iavoloha y est hospitalisée en dépit d’une décision de placement sous mandat de dépôt à son encontre. A cela s’ajoute le sit-in effectué le mois de mai dernier devant la Cour suprême à Anosy et durant lequel ils ont réclamé une indépendance de la Justice ainsi qu’un véritable retour à l’Etat de droit. Rappelons également qu’une lettre en date du 2 mai 2017, a été adressée à l’attention du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina en guise d’interpellation sur les cas de violation des lois, d’ingérence vis-à-vis de la Justice ainsi qu’une demande de réaction du Chef d’Etat. Le fait de les dénoncer consiste ainsi pour le chef du Gouvernement à une tentative de déstabilisation. En tout cas, après cette déclaration de guerre ouverte, une réaction des magistrats n’est pas à exclure.

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff