Publié dans Politique

Insécurité à Antananarivo - Terreur sur la ville !

Publié le mardi, 13 juin 2017

Les histoires d’acte criminel contées sont devenues monnaie courante. Il se passe rarement de jours sans que des actes de ce genre ne soient rapportés dans la presse locale. Aujourd’hui les tananariviens ont peur, pris en otage par la violence, l’insécurité ambiante et la criminalité dans les rues. Les sentiments de vulnérabilité et de peur ambiante gagnent toutes les couches sociales de la capitale et de ses environs. L’attaque à main armée perpétrée par des bandits à Sabotsy Namehana en fin de semaine, et qui a fait un mort, reste encore présente dans les esprits.

Durant le même week-end, il y a également eu la tentative de kidnapping d’un couple de Malagasy à Maibahoaka Ivato.  Avant cette tentative de rapt raté, il y a eu deux kidnappings qui ont réussi dont l’un n’a pas encore connue une fin heureuse.  La population tananarivienne en particulier reste encore en émoi suite à la découverte de deux corps inertes à Antsakaviro et à Anosy avant-hier. L’insécurité bat son plein dans l’agglomération de la ville. Il y aussi toutes les victimes des quatre coins de la Capitale dont on ne parle pas, et qui souvent ne se plaignent même pas auprès de la Police. Les réactions, face à ces actes de violence, sont de plus en plus vives, et avec l’avènement des réseaux sociaux dans notre monde, ces réactions après agression fleurissent sur Internet. Les «  statuts », articles, vidéos ou photos sont lus, partagés et commentés par tous, et ils relatent par exemple les agressions violentes voire le plus souvent meurtrières.  

Devant la multiplication des cas d'agression et de vols, certaines populations préfèrent prendre les devants. Bon nombre de personnes regagnent au plus vite leur domicile après le travail, de peur de tomber dans les filets des malfaiteurs munis d’armes blanches et parfois même d'armes à feu. En tout cas, la situation se dégrade et la recrudescence de la délinquance devient de plus en plus palpable par la majeure partie de la population tananarivienne. Cette insécurité grandissante donne du grain à moudre à ceux qui pensent que les pouvoirs publics ont démissionné de leurs missions régaliennes parmi lesquelles se trouve la protection des citoyens. Les Tananariviens en particulier et les Malagasy en général sont nombreux à penser que le Gouvernement les abandonne à leur triste sort.   Les mesures à court et moyen termes annoncées par le Chef du Gouvernement de  « combat »  tardent à se faire ressentir au niveau du quotidien de la population. La déclaration 

du Président de la République Hery Rajaonarimampianina avant-hier, en marge de l’inauguration des travaux d’extension de l’aéroport d’Ivato, conforte la thèse d’une démission de l’Etat. Afin de pallier à cette insécurité galopante, il a requis l’instauration des comités de vigilance.  En clair, le Chef de l’Etat demande à des citoyens déjà fatigués de leur dure journée de labeur, de veiller également la nuit… Devant la multiplication des cas d’agression et de vols, certaines populations attendent des mesures concrètes de la part de l’Exécutif. Citons pêle-mêle, l’utilisation à bon escient les forces de l’ordre, gendarmes et policiers, et de leur donner les moyens adéquats ainsi que la donation à la mairie de la ville des ampoules pour les poteaux dont la plupart en sont dépourvues. 

L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff