Publié dans Politique

Insécurité à Antananarivo - Terreur sur la ville !

Publié le mardi, 13 juin 2017

Les histoires d’acte criminel contées sont devenues monnaie courante. Il se passe rarement de jours sans que des actes de ce genre ne soient rapportés dans la presse locale. Aujourd’hui les tananariviens ont peur, pris en otage par la violence, l’insécurité ambiante et la criminalité dans les rues. Les sentiments de vulnérabilité et de peur ambiante gagnent toutes les couches sociales de la capitale et de ses environs. L’attaque à main armée perpétrée par des bandits à Sabotsy Namehana en fin de semaine, et qui a fait un mort, reste encore présente dans les esprits.

Durant le même week-end, il y a également eu la tentative de kidnapping d’un couple de Malagasy à Maibahoaka Ivato.  Avant cette tentative de rapt raté, il y a eu deux kidnappings qui ont réussi dont l’un n’a pas encore connue une fin heureuse.  La population tananarivienne en particulier reste encore en émoi suite à la découverte de deux corps inertes à Antsakaviro et à Anosy avant-hier. L’insécurité bat son plein dans l’agglomération de la ville. Il y aussi toutes les victimes des quatre coins de la Capitale dont on ne parle pas, et qui souvent ne se plaignent même pas auprès de la Police. Les réactions, face à ces actes de violence, sont de plus en plus vives, et avec l’avènement des réseaux sociaux dans notre monde, ces réactions après agression fleurissent sur Internet. Les «  statuts », articles, vidéos ou photos sont lus, partagés et commentés par tous, et ils relatent par exemple les agressions violentes voire le plus souvent meurtrières.  

Devant la multiplication des cas d'agression et de vols, certaines populations préfèrent prendre les devants. Bon nombre de personnes regagnent au plus vite leur domicile après le travail, de peur de tomber dans les filets des malfaiteurs munis d’armes blanches et parfois même d'armes à feu. En tout cas, la situation se dégrade et la recrudescence de la délinquance devient de plus en plus palpable par la majeure partie de la population tananarivienne. Cette insécurité grandissante donne du grain à moudre à ceux qui pensent que les pouvoirs publics ont démissionné de leurs missions régaliennes parmi lesquelles se trouve la protection des citoyens. Les Tananariviens en particulier et les Malagasy en général sont nombreux à penser que le Gouvernement les abandonne à leur triste sort.   Les mesures à court et moyen termes annoncées par le Chef du Gouvernement de  « combat »  tardent à se faire ressentir au niveau du quotidien de la population. La déclaration 

du Président de la République Hery Rajaonarimampianina avant-hier, en marge de l’inauguration des travaux d’extension de l’aéroport d’Ivato, conforte la thèse d’une démission de l’Etat. Afin de pallier à cette insécurité galopante, il a requis l’instauration des comités de vigilance.  En clair, le Chef de l’Etat demande à des citoyens déjà fatigués de leur dure journée de labeur, de veiller également la nuit… Devant la multiplication des cas d’agression et de vols, certaines populations attendent des mesures concrètes de la part de l’Exécutif. Citons pêle-mêle, l’utilisation à bon escient les forces de l’ordre, gendarmes et policiers, et de leur donner les moyens adéquats ainsi que la donation à la mairie de la ville des ampoules pour les poteaux dont la plupart en sont dépourvues. 

L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff