Publié dans Politique

Hvm–Présidentielle 2018 - L’abus des prérogatives de puissance publique se profile à l’horizon

Publié le dimanche, 18 juin 2017

« Le parti blanc et bleu est un parti fort », ce fut en ces termes que le ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a décrit le parti présidentiel dans un discours à l’occasion du congrès régional du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara» à Toliara, depuis la fin de la semaine.

A entendre le président national du Hvm, le fait d’avoir rempli la salle du gymnase de Toliara suffit à affirmer la « force » du parti au pouvoir. « Quel autre parti malgache est capable de faire comme nous ? », a scandé ce membre du Gouvernement, comme une provocation aux adversaires de la formation politique. Pourtant, d’aucuns n’ignorent qu’à chaque rassemblement du Hvm, les rumeurs sur lesquelles le transport de personnes depuis les autres régions moyennant des modiques « indemnités » est devenue une pratique courante chez les politiciens en cravate bleue. En outre, le chef de file du Hvm a encouragé ses compagnons de lutte à multiplier les actions sociales en vue de la prochaine échéance électorale de 2018. « Notre raison d’être est de faire élire notre candidat pour 2018. Ainsi, je vous encourage à ne pas lésiner sur les actions sociales », a martelé Rivo Rakotovao. Une déclaration qui semble inciter sans détour à une forme d’abus des prérogatives de puissance publique qui se profile d’ores et déjà à l’horizon. D’ailleurs, selon les informations, le Conseil des ministres se tiendra à Toliara cette semaine. Un amalgame entre les affaires de parti et celles du Gouvernement. Pour sa part, le sénateur et ancien Premier ministre Kolo Roger a rappelé que le Hvm a raflé les élections sénatoriales, ainsi que la majorité des voix lors des élections communales qui se sont tenues à Toliara. L’on ne peut pourtant s’empêcher de rappeler les nombreuses contestations à l’encontre des candidats du parti présidentiel lors de ces communales. 

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

La Une

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff