Publié dans Politique

Bidco Madagascar - Les responsables indignés

Publié le lundi, 10 juillet 2017

Les responsables d’une société de collecte de produits  et de raffinage d’huile alimentaire dite Bidco Madagascar s’insurgent contre la non-délivrance du permis d’exploitation par le ministère de l’Industrie en dépit du fait que ladite société soit pleinement fonctionnelle. Différentes demandes et démarches selon nos interlocuteurs ont été entreprises dans ce sens mais sans qu’ils sachent pourquoi le ministère de tutelle refuse jusqu’ici de leur délivrer un permis d’exploitation.

La société, selon ses responsables, dispose de toutes les autorisations nécessaires à l’exploitation et à la commercialisation de ses produits hormis celui-ci à savoir le permis de construire, le permis environnemental, le certificat de consommabilité,  etc. Outre la lettre de pétition des employés de ladite société, 17 lettres de relance ont été envoyées au ministère de l’Industrie depuis le mois de septembre 2016 afin d’obtenir un permis d’exploitation mais sans résultat. « Cette situation nous pénalise fortement car les coûts de nos charges ne cessent de croître avec l’arrêt de notre usine », ont déclaré des responsables de la société  Bidco. Il importe de savoir que celle-ci a effectué un grand investissement à Madagascar notamment dans  la Région Boeny où elle contribue beaucoup à travers ses activités à la création d’emploi. Faut-il signaler que lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s’est tenue à Paris, l’année dernière, ladite société a été invitée par le gouvernement malagasy. Cette société en vérité a un grand rôle à jouer dans l’économie du pays. Du coup, les observateurs ne peuvent s’empêcher de demander la raison pour laquelle le ministère de tutelle rechigne à délivrer à cette société un permis d’exploitation. Quoi qu’il en soit, loin de se résigner, les responsables de la société Bidco lancent  un appel à l’endroit de l’Etat en l’occurrence le ministère de l’Industrie afin de  régulariser la situation de celle-ci dans les plus brefs délais. A moins que la promotion de l’industrie tant prônée par Hery Rajaonarimampianina et son équipe ne soit qu’un vain mot.

A. Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff