Publié dans Politique

Bidco Madagascar - Les responsables indignés

Publié le lundi, 10 juillet 2017

Les responsables d’une société de collecte de produits  et de raffinage d’huile alimentaire dite Bidco Madagascar s’insurgent contre la non-délivrance du permis d’exploitation par le ministère de l’Industrie en dépit du fait que ladite société soit pleinement fonctionnelle. Différentes demandes et démarches selon nos interlocuteurs ont été entreprises dans ce sens mais sans qu’ils sachent pourquoi le ministère de tutelle refuse jusqu’ici de leur délivrer un permis d’exploitation.

La société, selon ses responsables, dispose de toutes les autorisations nécessaires à l’exploitation et à la commercialisation de ses produits hormis celui-ci à savoir le permis de construire, le permis environnemental, le certificat de consommabilité,  etc. Outre la lettre de pétition des employés de ladite société, 17 lettres de relance ont été envoyées au ministère de l’Industrie depuis le mois de septembre 2016 afin d’obtenir un permis d’exploitation mais sans résultat. « Cette situation nous pénalise fortement car les coûts de nos charges ne cessent de croître avec l’arrêt de notre usine », ont déclaré des responsables de la société  Bidco. Il importe de savoir que celle-ci a effectué un grand investissement à Madagascar notamment dans  la Région Boeny où elle contribue beaucoup à travers ses activités à la création d’emploi. Faut-il signaler que lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s’est tenue à Paris, l’année dernière, ladite société a été invitée par le gouvernement malagasy. Cette société en vérité a un grand rôle à jouer dans l’économie du pays. Du coup, les observateurs ne peuvent s’empêcher de demander la raison pour laquelle le ministère de tutelle rechigne à délivrer à cette société un permis d’exploitation. Quoi qu’il en soit, loin de se résigner, les responsables de la société Bidco lancent  un appel à l’endroit de l’Etat en l’occurrence le ministère de l’Industrie afin de  régulariser la situation de celle-ci dans les plus brefs délais. A moins que la promotion de l’industrie tant prônée par Hery Rajaonarimampianina et son équipe ne soit qu’un vain mot.

A. Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff