Publié dans Politique

Affaire Benson - Une mascarade pour faire tomber le Mle ?

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

C’est la question qui se pose actuellement : Et si  toute l’histoire autour de ce jeune homme n’était qu’une grosse mascarade dans le but de faire tomber certains leaders au sein du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle). Une série d’incohérences et de coïncidences tendent en effet à faire croire à une manipulation pour arriver à ce funeste objectif. Vendredi soir, Barry Benson a indiqué que sa mère a été relâchée quatre jours après avoir été séquestrée et après l’audition du jeune homme par les « Forces de l’ordre ».

La mère aurait donc été retenue jusqu’à ce que le fils soit retrouvé à son tour. Il convient de rappeler que lundi dernier, le jeune homme a alerté les membres du Mle sur des menaces dont il serait victime, à la suite de la diffusion du premier épisode du « Tsy mahaleo ny sampona ». Il s’agit d’une émission parodique destinée à contrebalancer celle du chef de l’Etat « Rendez-vous, Fotoam-bita » dans laquelle le jeune homme avait joué le rôle de présentateur lors de la première émission. En tout cas, mardi dernier, le slameur a envoyé un message à ses contacts au sein du Mle pour les informer sur la venue de « cinq individus en civil à son domicile ce mardi au matin ». Faute d’avoir pu trouver Barry Benson, « les individus auraient ainsi emmené avec eux sa mère », selon la correspondance du jeune homme, qui aurait pris la fuite vers une destination inconnue. Et bien malgré l’insistance des membres du Mle, le concerné s’est toujours refusé à donner plus de détails sur l’endroit où il se situait et sur les circonstances de l’enlèvement de sa mère.  Il a également refusé de donner des informations qui auraient pu permettre aux Forces de l’ordre de débuter des enquêtes sur le soi-disant enlèvement de sa mère.  Devant l’obstination du jeune homme à donner des informations qui auraient pu permettre de porter plainte pour enlèvement et séquestration de sa mère, le Mle s’est résolu à mener des recherches officieuses. Notamment en médiatisant l’affaire dans le but de glaner des informations qui auraient pu permettre de retrouver la mère du slameur. Interrogés, les membres des Forces de l’ordre ont affirmé n’avoir eu connaissance de l’affaire que par voie de presse.  L’affaire a en tout cas connu un rebondissement jeudi dernier. Ce jour là, une chaîne de télévision proche du pouvoir a en effet annoncé que Barry Benson avait été auditionné par les Forces de l’ordre la veille, soit mercredi dernier. Auditionné par « les Forces de l’ordre » au sujet de « la provenance de la tenue militaire arborée par le présentateur lors de la première émission de « Tsy mahaleo ny sampona », le jeune slameur aurait indiqué que le vêtement lui aurait été remis par Fetra Rakotondrasoa, un des producteur de l’émission  « Tsy mahaleo ny sampona » et non moins porte-parole du Mle. 
Une audition démentie par le principal concerné dans une correspondance téléphonique avec les membres du Mle vendredi matin dernier. Non seulement il dément avoir été entendu, mais l’intéressé soutient également être toujours  « caché ». En tout cas, prenant celui-ci au mot, le comité restreint du Mle s’est réuni vendredi dans la matinée et décida donc de porter plainte. L’information a été communiquée à Benson dans l’après- midi de vendredi, lequel indiquant tout d’un coup avoir reçu une convocation.  Dans la soirée du même jour, le jeune homme envoie un sms à un membre du Mle pour indiquer qu’il venait juste d’être auditionné
« pour port de tenue militaire illégal » lors de la présentation de l’émission «Tsy mahaleo ny sampona » par les Forces de l’ordre.  Des informations qui coïncident curieusement avec celles divulguées par la chaine pro-régime la veille. Il faut ainsi se poser la question de savoir comment les journalistes au sein de la chaîne de Tv proche du régime ont anticipé de deux jours l’audition de Benson et les propos de celui-ci lors de cette audition.   Ceci étant dit, il faudrait également se demander si une séquestration de la mère de Barry Benson « par les Forces de l’ordre », dans  le but de forcer le jeune homme à répondre à une convocation est tout à fait légale. Notons par ailleurs qu’à aucun moment, le jeune homme ou la chaîne de télévision en question, n’ont osé préciser le corps des Forces de l’ordre qui a procédé à la séquestration et à l’audition…  Depuis quand également, porter un effet vestimentaire dans une émission de télévision parodique peut-il être considéré comme illégal ? Si c’était illégal, tous les artistes et acteurs qui arborent ce vêtement dans leurs films ne devraient-ils pas faire l’objet d’auditions ? Des sources officieuses indiquent que Benson aurait été entendu en tant que témoin dans ce scénario rocambolesque. Finalement, il faut se demander donc si l’objectif de tout ce cinéma n’est pas tout simplement de faire en sorte que le slameur « crache » le nom des leaders au sein du Mle dans le but évident de faire tomber ces derniers ?
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff