Publié dans Politique

Etre débiteur d'une banque - Un vrai calvaire

Publié le mercredi, 02 août 2017

Le principe « gagnant-gagnant  » est de mise afin d'instaurer un climat d'apaisement entre les banques et leurs clients. Les opérateurs économiques, tant nationaux qu'internationaux, ont besoin en grande partie de l'appui des banques afin de réaliser leurs projets. Les banques ont également besoin  de leurs clients pour pouvoir rentabiliser leurs investissements en termes d'emprunt. Ce sont les diverses commissions, les taux d'intérêts des prêts accordés aux clients qui leur permettent de faire des résultats à chaque exercice.

Mais selon des opérateurs de la partie Nord de la Grande île (voir notre article paru le 27 juillet dernier intitulé : une banque de la Capitale. Le harcèlement motivé d'un responsable contentieux dénoncé), le principe d'équité et du « win-win » est loin d'être effectif. Nul
en effet ne peut ignorer que la conjoncture économique actuelle dans la Grande île ne permet pas aux opérateurs économiques de rebondir. Nombreux sont ceux qui ont vu leur projet partir en fumée. Certaines entreprises ont même dû fermer leurs portes.
Pour le cas des opérateurs d'Antsiranana qui ont requis l'anonymat, ils continuent de dénoncer la méthode d'une multinationale. Pour cet établissement bancaire de renom qui ne cesse pas de multiplier ses publicités afin d'attirer les clients, ces derniers, selon eux, ne semblent pas se trouver au centre de sa préoccupation. Personne, ont-ils fait remarquer, ne souhaite rencontrer des difficultés dans la réalisation de ses projets ou le paiement des dus d'une quelconque banque.
« C'est tout simplement parce que la situation dans laquelle nous nous trouvons ne le permet pas », ont-ils déclaré. Mais ce qui est bizarre, devaient-ils continuer, c'est que plus le débiteur fait de son mieux pour payer ses dettes, plus il subit des pressions voire des menaces de poursuite judiciaire. Dans la foulée, ces opérateurs demandent si les adages suivants : « à l'impossible, nul n'est tenu » et « mieux vaut un mauvais compromis qu'un bon procès » sont connus des responsables de cette banque de renom. Il est en effet navrant de constater qu'on exige à un débiteur qui fait preuve de bonne foi de donner davantage en dépit de ses difficultés de trésorerie.
Même si cette banque se vante de pouvoir aisément étrangler et traîner en justice où elle espère toujours avoir gain de cause à l'encontre de ses débiteurs, ces derniers affirment qu'ils ont confiance en la justice du pays. D'autant plus que, selon nos sources, dans plusieurs cas de poursuite contre les débiteurs de cette banque, les juges ont prononcé des verdicts totalement en défaveur de celle-ci.
Deux poids deux mesures
Mais ce qui est encore plus révoltant de la part de certains responsables de cette banque, c'est la politique de « deux poids deux mesures » dont ils font preuve. En effet, à l'endroit de quelques débiteurs « mauvais payeurs » dont un boulanger de la Capitale du Nord, cette banque multinationale, en dépit de ses méthodes musclées (à l'endroit des autres débiteurs), conserve une attitude plutôt conciliante pour ne pas dire le profil bas.
Malgré les harcèlements et la pression à l'endroit de ces débiteurs « mauvais payeurs », ces derniers continuent à faire la sourde oreille et n'ont jamais daigné payer le moindre centime.  Et pourtant, ils n'ont jamais été traînés en justice. « Le rôle d'une banque est d'accompagner ses clients, non pas simplement lors des jours heureux et périodes fastes, mais surtout dans les moments difficiles. Tel est l'esprit d'un vrai partenariat », ont martelé ces opérateurs avant de lancer un appel à la Direction générale de cette grande banque afin de revoir et d'améliorer son service contentieux où règne un laisser-aller et une politique de « deux poids deux mesures » de la part de certains responsables.
A. Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Anivorano- Nord - Aucune affluence pour Ravalomanana
  • Voahangy Rajaonarimampianina - Une aversion pour la FJKM ?
  • Conjoncture - Les bourdes du régime
  • Présidentielle 2018 - Hery Rajaonarimampianina mal barré !
  • Antsiranana - Quid de la résidence présidentielle ?
  • Antsiranana - Marc Ravalomanana expulsé de son hôtel
  • Déplacement extérieur de Mahafaly - La délégation familiale à bord d'un jet privé aux frais de l'Etat
  • Anciens militaires - Grande mobilisation le 26 août
  • Affaire Free News et affaire Riana Andriamandavy VII - Traitement à deux vitesses
  • Fermeture Collège international la Lumière - Erdogan exige, Rajaonarimampianina exécute

Editorial

  • A plaindre !
    A plaindre. Tel est le sort réservé à ces médias appelés à exécuter une « mission impossible ». Défendre l'indéfendable, cirer la boueuse et sauver l'irrécupérable (l'« inavotrable »), autant d'engagements dont la réalisation exige des dons ou talents surnaturels, voire des exercices acrobatiques que les exécutants seraient en passe de rater. Tellement, la prestation voulue demande des efforts inhumains et des compétences savantes, hautement qualifiées, que les prestataires risqueraient de ne pas pouvoir réaliser. Il n'est pas question, ici, de sous-estimer le savoir-faire journalistique de certains confrères dont l'expertise en la matière ne souffre d'aucune insuffisance ni d'avoir la nécessité de passer par le feu de la preuve. Seulement, on ne peut ne pas être désolé de l'entremise inconcevable à laquelle quelques « amis » de la profession, de la presse s'entend, s'étaient impliqués la tête baissée !

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff