Publié dans Politique

Régime Rajaonarimampianina - Le Seces déplore une violation répétée de la Constitution

Publié le lundi, 11 septembre 2017

Le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (Seces), branche Antananarivo, a exprimé sa position par rapport  à plusieurs sujets d’actualité d’ordre socio – politique à travers un communiqué hier. Sur le plan politique, le Seces dénonce vivement une violation répétée de la Constitution. « Nous constatons une violation trop fréquente de la Constitution ainsi que l’Etat de droit. La population n’a aucune confiance envers les Forces de l’ordre à cause de l’insécurité qui frappe les campagnes. La même insécurité qui terrorise la population urbaine », souligne sa déclaration.

Concernant la polémique autour d’une éventuelle révision de la Constitution, les enseignants chercheurs estiment qu’une concertation nationale devrait être organisée avant toute révision de la Constitution ou autres textes régissant les élections dans le but de prévenir les troubles post – électoraux.
Gabegie
Sur le terrain social, le syndicat déplore le fait que les Malagasy continuent de vivre dans une extrême pauvreté et sont en plus victimes de discrimination par rapport aux étrangers. Le Seces dénonce également l’absence de transparence dans la gestion des affaires de l’Etat.  De leur côté, les dirigeants continuent de fermer les yeux face à la gabegie qui règne en maître dans l’exploitation des ressources naturelles sur tout le territoire national. Le Seces préconise ainsi la révision de même que la vulgarisation des textes relatifs au domaine foncier.
Le syndicat lance également un appel à l’endroit des autorités afin d’assumer leurs responsabilités dans le respect des droits fondamentaux comme la liberté d’expression, la liberté de circuler sur tout le territoire national, la garantie de sécurité,  et l’égalité devant la loi. L’application de la loi contre ceux qui ont commis des détournements de deniers publics ou des trafics de ressources naturelles est également exigée.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff