Publié dans Politique

 Affaire manufacture d’armes à Betroka - Une personnalité haut placée suspectée

Publié le mercredi, 13 septembre 2017

La Gendarmerie nationale a mis récemment la main sur du « chlorate de sodium », agent chimique indispensable dans la fabrication de poudre à munition à Betroka. Pour le commandant de compagnie local de cette force, nul n’a donc la possibilité d’importer un tel produit sauf une ou des personnalités haut placées.  « Ce n’est jamais un gardien qui pourrait en importer.

C’est pour cela que je soupçonne une ou des personnalités  locales », déclare-t-il sans ambages. L’ambigüité du rôle de ces hautes personnalités de Betroka semble coïncider avec le moment où le torchon brûle entre un député pro-régime de cette ville et le commandant de gendarmerie en question.  « La population locale exige une enquête poussée sur cette affaire de poudre à munition », assure l’officier de gendarmerie. Il ne se cache plus  aux yeux du public la volonté du parlementaire pro-régime de Betroka à  exiger le départ de ce commandant de gendarmerie de la région.  Pour l’élu, ce dernier chercherait à déclencher un conflit entre les civils. « Il n’écoute plus, ni le chef district, ni cette cacophonie au sein même des autorités de Betroka  qui ne fait qu’amplifier le problème d’insécurité, et ce, malgré l’instauration du couvre-feu, en vigueur depuis le début de cette semaine ». Un autre raison bien connue expliquant  l’aggravation de la situation dans la région, c’est aussi ce refus inexpliqué de l’Etat pour opter pour  l’aviation dans ce combat contre les dahalo. Pourtant, ces derniers ont une peur bleue des opérations venant du ciel.  Des solutions jusque-là proposées comme la réforme de la sécurité récemment galvaudée par l’équipe au pouvoir, ne seraient donc qu’une mascarade car elles ne seraient plus vraiment  efficaces. Pour preuve, l’expérience a bien montré que la multiplication des opérations spéciales (Tandroka)  ou encore  l’accroissement du  nombre des gendarmes ou militaires stationnés dans l’Ihorombe, n’a vraiment permis d’obtenir le résultat escompté, c’est-à-dire la capitulation totale ou démantèlement des groupes de dahalo armés. Non seulement, les Forces de l’ordre refusent maintenant tout engagement avec les dahalo, mais ces derniers se transforment en de véritables forces rebelles armées, capables de mener des actions de guérilla face à l’Armée régulière ou à la Gendarmerie.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff