Publié dans Politique

72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina

Publié le mardi, 19 septembre 2017

Sauf changement, le Président Hery Rajaonarimampianina effectuera son discours à la tribune des Nations unies, ce jour à New York, aux Etats – Unis. Ce sera la dernière chance pour le Chef de l’Etat malagasy de revendiquer les îles malagasy. Un dernier test de patriotisme pour le Président qui devra montrer qu’il est effectivement du côté du peuple malagasy dans ce combat pour les îles Eparses et qui figure parmi ses promesses de campagne en 2013.

Pour ce faire, il n’aura qu’à relancer les revendications déjà entamées par la Grande île depuis plusieurs dizaines d’années.  Du côté de l’Association Nosy Malagasy (Anm), l’espoir de revoir ces îles redevenir  une propriété de Madagascar est toujours présent bien que les chances que le Président les revendique soient minces.  « Les dirigeants nous a promis de travailler ensemble pour les îles malagasy mais il semble qu’on nous a trompés », a déclaré Arlette Ramaroson, présidente  de l’Anm. L’ancienne juge internationale estime que si jamais le Président propose une cogestion de ces îles sans demander l’avis du peuple, il s’agit d’une trahison. Malgré l’indifférence des gouvernants, l’association entend mener le combat jusqu’au bout.

Année de suivi

Ce 72e rendez – vous des Nations unies est d’autant plus opportun étant donné la déclaration de Miroslav Lajcák, président de cette 72e  session de l’Assemblée générale des Nations unies, lors de l’ouverture de la première réunion de cette session le 12 septembre dernier aux côtés du secrétaire général de l’Onu, António Guterres. Il a, en effet, souligné que cette année sera aussi une année de suivi. « Nous devons accompagner les engagements d'hier avec des actions prises aujourd'hui. Nous ne pouvons pas laisser rapports, évènements et résolutions du passé être relégués dans les archives de l'Onu. Nous devons continuer à travailler à leur mise en œuvre », a-t-il déclaré. Faut – il encore rappeler que dans sa résolution n° 34/91 du 12 décembre 1979 à l’issue d’une Assemblée générale, les Nations unies « invitent le Gouvernement français à restituer les îles malagasy à Madagascar et lui enjoint d’entamer sans plus tarder l’ouverture d’un dialogue aux fins de négociation en vue de cette restitution ».
A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff