Publié dans Politique

Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française

Publié le jeudi, 21 septembre 2017

Le lundi 18 septembre dernier, une plainte a été déposée au Parquet du Tribunal de première instance de Mahajanga à l'attention du procureur de la République. Une plainte pas comme les autres car déposée par une association de pêches dénommée « Mpanarato Miray Ambalambalamanga » contre des agents de la marine française. Le motif évoqué est « non assistance à des pêcheurs en danger, coups et blessures volontaires, violence et voies de fait, tortures, meurtres préméditations », selon une information émanant de l'Association Nosy Malagasy (Anm).

Les pêcheurs seraient victimes de ces exactions depuis l'année 2014 lorsqu'ils sont surpris en train de pêcher aux alentours de l'île Juan de Nova, un des îles Eparses qui font l'objet de litige entre Madagascar et la France.
L'île en question se trouve à un peu plus d'une centaine de kilomètres de la côte d'Ambalambalamanga et à 75 km de celle de Maintirano. En dépit des revendications de la partie malagasy, l'île demeure jusqu'à présent un territoire d'Outre-mer classé dans les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf). Elle fait donc l'objet d'une surveillance militaire. D'après les informations, les militaires de la marine française usent de la force pour dissuader les pêcheurs d'explorer cette zone et n'hésitent pas à confisquer leurs matériels. Un pêcheur aurait même succombé en mer à la suite de ces violences que l'association qualifie de violation des droits de l'homme. Cela remonte pourtant à plus d'un siècle que cette génération de pêcheurs exerce cette activité à cet endroit. Par conséquent, la famille du pêcheur décédé exige une enquête tandis que les autres pêcheurs veulent un dédommagement en ayant été empêchés d'exercer une activité qui leur font vivre.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff