Publié dans Politique

Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice

Publié le vendredi, 22 septembre 2017

Après la Diana au début du mois, c’est au tour de la Région Menabe d’être éclaboussée par des affaires fumeuses.  Un haut gradé et un parlementaire de cette partie de l’île sont en effet soupçonnés dans des affaires de corruption. L’image déjà peu reluisante des forces de l’ordre et des parlementaires malgaches vient de prendre un nouveau coup. D’après les informations recueillies, un officier supérieur de l’armée, commandant la Région militaire Numéro 5, a en effet été placé hier sous mandat de dépôt à l’issue des investigations menées par la branche territoriale du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) dans cette partie de l’île. 


Ce haut gradé est soupçonné d’avoir fait louer les entrepôts de l’armée pour son intérêt personnel. Le manque à gagner causé à l’Etat malagasy avoisinerait les 145 millions d’ariary, a-t-on appris de sources sûres. Cet étoilé a été déféré hier auprès du parquet de Morondava pour répondre des faits d’abus de fonction et de détournement d’usage.
Abus perpétrés par un élu de la Région
Toujours dans la Région Menabe, un élu local serait également dans le viseur de la justice pour des faits d’abus de fonction. Dans le cadre de la lutte contre la corruption, la justice n’attendrait plus que l’aval de la chambre dont est issue ce parlementaire, pour faire son travail. La levée de l’immunité parlementaire serait attendue dans les prochains jours, à en croire les informations distillées dans ce dossier.  Ce parlementaire s’adonnerait à des activités d’exploitation forestière illicite.  Les enquêtes menées également par la branche locale du Bianco concernant cette affaire auraient également fait ressurgir les actes corrompus d’abus de fonction accomplis par l’élu. Le dossier y afférent a été transmis au Tribunal de première instance de Morondava. Une affaire qui sera suivie de près par la population locale et l’opinion en général.  Ces affaires de corruption présumées tombent mal pour les forces de l’ordre et les parlementaires. Elles risquent de détériorer encore davantage l'image de ces deux entités perçue très négativement par bon nombre de Malagasy. La majorité des observateurs en ont une opinion négative. Il faudra tourner la page des démêlés judiciaires et des procès pour pouvoir, un jour, remonter la pente.
Recueillis par  L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff