Publié dans Politique

Affaire Honoré Rakotomanana vs Free-news - Un mauvais arrangement vaut mieux qu'un bon procès

Publié le lundi, 09 octobre 2017

Tout est bien qui finit bien. Le président du Sénat a décidé de retirer sa plainte contre les journalistes du groupe Free-News dans l'affaire, suite à un article paru dans ce quotidien, faisant état d'un immeuble de 5 étages en cours de construction à Ambatomirahavavy qui appartiendrait à l'actuel tenant du perchoir du Palais de Verre d'Anosy. 
Un règlement à l'amiable a été trouvé  à l'issue d'une rencontre entre les différentes parties dans l'après-midi dans les bureaux du président du Sénat à Anosy.

Accompagné du sénateur Olivier Rakotovazaha, représentant du Bureau permanent et président de la Commission juridique du Sénat  et de ses deux avocats, le président du Sénat Honoré Rakotomanana s'est effectivement entretenu à huis clos durant environ une heure et trente minutes avec Lalatiana Rakotondrazafy, Pdg du Groupe Free-News. Cette dernière était accompagnée du directeur de publication du quotidien FreeNews ainsi que de ses deux avocats. 
A entendre les explications de la journaliste et chroniqueuse politique, l'occasion a notamment été choisie par la partie Free News pour réitérer ses excuses publiques formulées  le 27 mai 2017, à l'occasion d'un droit de réponse publié dans le journal. « Le président du sénat a affirmé que rien ne pouvait se résoudre par le dialogue.  Il a décidé de retirer sa plainte avec toutes les conséquences de droit », explique-t-elle.
D'après les explications, des discussions au préalable ou des rapprochements pour tenter de trouver une solution au problème ont eu lieu entre les avocats des deux parties durant ces dernières semaines, aboutissant à cette rencontre. « Nous sommes des  'zanaka', et en tant que président du Sénat il doit être considéré comme un 'ray aman-dreny', c'est pour cette raison que nous sommes venus dans ses bureaux. Nous aurions pu exiger un terrain neutre, mais il a été inutile de compliquer encore plus la situation  », explique Lalatiana Rakotondrazafy, au cours d'une interview accordée à la presse au sortir de la rencontre. 
Pour information, le litige portait sur les révélations dans le  quotidien Free News faisant état d'un immeuble de 5 étages en cours de construction qui appartiendrait à l'actuel numéro Un de la Chambre Haute.  Une médiation avait été diligentée par l'Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) dans ce litige. Comme convenu entre les deux parties, Free News avait publié un droit de réponse d'Honoré Rakotomanana assorti d'excuse publique. Cependant, Honoré Rakotomanana ou plutôt certains de ses proches avaient préféré maintenir la plainte.
Dans le cadre de cette affaire, deux journalistes en  question, à savoir le rédacteur en chef et le directeur de publication du journal Free News, avaient déjà été auditionnés au mois de juin dernier à la Brigade criminelle. Un procès était même à l'ordre du jour dernièrement. Honoré Rakotomanana et Lalatiana Rakotondrazafy désertent le terrain judiciaire pour embrasser celui du compromis en épousant la maxime qu' un mauvais arrangement vaut mieux qu'un bon procès…
Lalaina A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff