Publié dans Politique

Epidémie de peste - Rajaonarimampianina, de grâce taisez-vous !

Publié le mardi, 10 octobre 2017

La sortie médiatique de Hery Rajaonarimampianina sur l’épidémie de peste était très attendue par la population. Hier il l’a fait en profitant de son passage à Ankorondrano pour assister à la donation de médicaments, équipements et consommables médicaux de l’Organisation mondiale de la Santé, du Fonds des Nations unies pour l’enfance et l’agence des Etats-Unis pour le développement international à l’Etat malagasy pour lutter contre la peste.  Grande fut cependant la déception de l’opinion.  

 

Face aux nombreuses inquiétudes, au lieu de tenir uniquement des propos rassurants pour ses compatriotes, le Président de la République malagasy Hery Rajaonarimampianina a préféré minimisé encore la gravité de la situation, au cours d’une interview en marge de la remise de dons, pour sa première intervention publique depuis le début de l’épidémie à la fin du mois d’août dernier. 

A une question sur un retard dans la prise de mesures face à l’épidémie, le locataire d’Iavoloha assure que les autorités locales ont pris toutes les mesures nécessaires. « Chaque année, des responsabilités sont prises. Et nous avons déjà pris nos responsabilités. Pour ne parler que des dons que nous avons reçus aujourd’hui, leur importation ne date pas d’aujourd’hui, et ce n’est pas un spoutnik qui les a apportés ici aujourd’hui » dit-il, pince sans rire.  Dans la foulée, le Chef de l’Etat a précisé que des cas pareils de peste sont enregistrés chaque année. « Il ne faut pas paniquer par rapport à la situation parce que la peste c’est une maladie qui a toujours existé pratiquement tous les ans » relativise Hery Rajaonarimampianina. Et lui de se contredire pourtant par la suite en reconnaissant : « On est dans une guerre (...) et aujourd'hui je crois qu'on a les armes et les munitions pour combattre cette épidémie »… Des armes qui, pour rappel, sont fournies par les organismes internationaux. 

Décalage

Depuis le début de l’épidémie à la fin du mois d’août dernier, le Chef de l’Etat n’avait pas daigné sortir de son mutisme pour 

parler du problème. Au vu et à l’écoute de sa réaction d’hier, beaucoup estiment qu’il aurait dû rester  dans son mutisme. En effet, au lieu d’apporter uniquement son soutien à la population déjà fragilisée par  la pauvreté et l’insécurité, qui doit également faire face à l’épidémie de peste,  la réaction du Chef de l’Etat prouve une nouvelle fois qu’il est en complet décalage avec la réalité et les attentes de ses compatriotes. S’il s’est voulu rassurant, ses propos donnent en  effet plutôt l’impression 

qu’il prend l’épidémie  à la légère.  Dans le contexte actuel, le numéro Un malagasy aurait ainsi pu épargner ses propos tardifs et mal venus à la population malagasy.  Des paroles de soutien ou de compassion de la part du numéro Un du pays auraient suffi à rassurer, un tant soit peu, ses concitoyens. Faut-il encore rappeler que la maladie de la peste qui se propage de manière inquiétante sème actuellement un vent de panique, notamment dans les localités où des cas ont été confirmés et où des décès ont été recensés. En quelques jours seulement, cette maladie a causé la mort d’une quarantaine de personnes, selon les données fournies par le ministère de la Santé publique malagasy.   Une situation qui a créé la psychose dans la population malagasy et ailleurs également. En effet, la panique a débarqué ces derniers jours dans les îles sœurs. Les populations des îles Maurice, Seychelles, Comores ou encore La Réunion ont affiché en effet des réticences  légitimes ces dernières heures à accueillir sur leurs sols des vols en provenance de la Grande-île de crainte que la maladie ne se propage sur leur territoire. 

En tout cas, ce n’est pas le premier dirigeant à minimiser de la sorte l’épidémie.  Avant que l’épidémie n’explose aux yeux du monde à cause ou grâce au décès de l’entraineur de l’équipe seychelloise de basket le 27 septembre, et que l’État prenne des mesures drastiques pour lutter contre l’épidémie, le ministre de la Santé publique malagasy Mamy Lalatiana Andriamanarivo avait crié sur tous les toits que la situation était  « maitrisée »... Rajaonarimampianina évite Ambohimiandra !

Centrale d’achats  Salama Tanjombato, ministère de la Santé à Ambohidahy, Dhl Ankorondrano ou encore Institut Pasteur Avaradoha. Telle est la liste des endroits visités hier par le Président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina hier. Bon nombre d’analystes n’ont pas manqué de se demander quelle est la raison de cet entrain soudain du Chef de l’Etat ? En effet, depuis le début de l’épidémie, dont les premiers cas ont été décelés à la fin du mois d’août, le locataire d’Iavoloha s’était muré dans un silence « assourdissant ».  En tout cas, pour tous ceux qui sont doués d’une logique, l’on se sera également demandé pourquoi le Chef de l’Etat n’a pas jugé utile  de rendre visite au Centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra en particulier et les centres hospitaliers en général... où sont traités les cas de peste pour apporter son soutien aux patients et aux médecins qui sont au front pour mener la guerre contre la peste. 

Recueillis par A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence du Sénat - Les jours d’Honoré Rakotomanana, comptés
  • Trafic illicite de bois de rose à Singapour - Mbola Rajaonah, commanditaire !
  • Président Zafy Albert - Vibrant et émouvant hommage de tout un peuple
  • Veillée funèbre de Albert Zafy - Cri d’un citoyen écœuré
  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens

Editorial

  • Dans l’œil … !
     La Commission nationale électorale joue un rôle-clé dans un processus démocratique. Elle est au centre de tous les litiges et de toutes les convoitises. Courtisée par ici, critiquée par-là, la Commission marche sur des œufs. Une moindre maladresse risquerait de tout mettre en péril. François Mitterrand, dans un dessein de moraliser la pratique politique et démocratique auprès des anciennes colonies d’Afrique réunies à La Baule (1989), pesait de tout son poids à imposer un train de mesures s’inscrivant dans la ligne droite d’un processus irréversible en faveur de la démocratie. Entre autres, l’instauration du multipartisme, le respect des droits élémentaires humains, une alternance démocratique par le biais des élections libres et transparentes, l’obéissance absolue à la Constitution démocratiquement adoptée, etc. La France profitant de cette occasion, dictait la nécessité de mettre sur les rails une commission nationale indépendante pour s’occuper, à la place du Gouvernement local, des votes. A souligner…

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff