Publié dans Politique

Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois

Publié le mercredi, 11 octobre 2017

500 cas dont 54 décès depuis le mois d’août jusqu’à hier. Tel est le dernier bilan sorti hier par le ministère de la Santé publique (Msp) concernant l’épidémie de peste pulmonaire et bubonique au niveau national. Pour le Grand Tanà, incluant la Capitale, l’Avaradrano et l’Atsimondrano, 37 nouveaux cas et 4 décès sont enregistrés le 11 octobre.

Ainsi, l’agglomération d’Antananarivo compte 276 cas dont 25 décès depuis la saison pesteuse, en avance cette année. Pour la ville d’Antananarivo, le Bureau municipal d’hygiène (Bmh) note 20 décès en un mois, dont le premier est survenu le 11 septembre au sein du centre hospitalier de Soavinandriana (Homi). Ainsi, la ville des Mille se trouve en haut du classement quant au nombre de victimes de la peste, que ce soit les décédés ou les vivants, dépistés et traités à temps. D’ailleurs, une vingtaine de Fokontany en sont classés comme « zone rouge ».
Dur labeur pour le Bmh
« Nous nous chargeons du traitement des cadavres, de leur transport et de l’enterrement au cimetière d’Anjanahary. Aujourd’hui (ndlr hier), nous avons récupéré 2 corps à la morgue de l’Hjra le matin. Leur enterrement se fera en fin d’après-midi », nous confie Durand Derys Herivonona, Directeur de la Santé et de l’Hygiène auprès du Bmh. Pour ce faire, les agents mobilisés par ce bureau rattaché à la Commune urbaine d’Antananarivo travaillent jour et nuit depuis l’épidémie de peste. « Dimanche dernier, l’enterrement de 4 victimes s’est fait jusqu’à 4h30 du matin. C’est pourquoi nous réclamons des lampes frontales pour le bon déroulement de notre mission », ajoute ce premier responsable. Selon ses explications, le traitement des cadavres consiste notamment à les imbiber de produits de désinfection avant de les sceller dans des sacs mortuaires et de les mettre dans les cercueils. « Nos agents suivent ensuite le trajet le plus court pour le transport des victimes au cimetière. Une fois sur place, nous suivons également des étapes pour offrir un enterrement digne aux victimes », souligne notre source. A noter que jusqu’à maintenant, l’enterrement s’est toujours fait avec le consentement des familles, malgré la réticence des certaines d’entre-elles. 
Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff