Publié dans Politique

Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens

Publié le jeudi, 12 octobre 2017

Restée pendant un long moment dans sa tour d'Ivoire (au pays ou à l'étranger), la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina a enfin daigné faire parler d'elle à travers des dons remis par son équipe. Un geste sur fond de maladresse qui n'a fait qu'attiser davantage les critiques à l'endroit de la « First Lady » malgache.

En cette période de forte propagation de l'épidémie de peste, l'épouse de Hery Rajaonarimampianina a attendu que le nombre de morts dépassent la cinquantaine pour se manifester. Comme à son habitude, elle n'a pas voulu s'engager directement. Ce fut donc à travers une « équipe » que la Première Dame a octroyé hier des dons au profit du Centre hospitalier anti - pesteux d'Ambohimiandra (Chapa) ainsi que l'Hôpital de Befelatanana qui accueillent les malades de la peste.
Mais au lieu de faire bonne figure auprès de l'opinion publique, après cette remise de dons, la Première Dame et son équipe se sont, une fois de plus, enfoncées dans une erreur monumentale. En effet, en observant attentivement les photos publiées sur les réseaux sociaux, l'on ne pouvait faire l'impasse sur les logos des Nations Unies affichés sur les récipients qui contenaient certains des produits de soins et médicaments offerts par la « Fisrt Lady » malgache.
Solution trop facile
D'après le communiqué diffusé par l'équipe de communication de la Première Dame, les dons visaient à renforcer la prise en charge des malades de la peste ainsi qu'à équiper les médecins. Les dons étaient notamment composés de 2 500 flacons de Streptomycine, 2 500 boîtes de Waterinjection, 38 boîtes de 100 seringues 5cc,10 boîtes de 100 Doxycicline, 200 boîtes de 100 Cotrimoxazole, 100 boites de 100 Paracetamol, 40 kg de bidon d'hypochlorite, 50 000 pièces de Gants en latex, 2 000 pièces de masque Ffp2, 500 pièces de Gentamicine, entre autres.Des dons dont la plupart, pour ne pas dire la totalité, viennent des partenaires internationaux dont les Nations Unies que la Première Dame s'est donc appropriée et que son équipe n'a pas oublié de remercier. Une solution trop facile qui remet sérieusement en doute la sincérité de son geste.
Force est d'ailleurs de se demander si une telle initiative vient effectivement de la conjointe du chef de l'Etat, ou était juste une opération de communication destinée à faire taire les critiques à son encontre. En effet, depuis l'accession de son mari à la Présidence du pays, la Première Dame n'a pas vraiment brillé par ses rôles de mère de la Nation malgache. Au contraire, la patronne d'Iavoloha s'est souvent effacée de la scène sociale releguant souvent le « sale boulot » à sa fameuse équipe. Des mauvaises langues ont même laissé entendre que la Première Dame, qui aurait déjà quitté la Grande île depuis plusieurs jours, serait déjà en train de préparer ses valises en vue de rejoindre son président de mari pour un imminent déplacement à Rome, en
Italie. Là - bas où un cadre moins hostile et surtout loin de la peste les attend !
Sandra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia
  • Agence Malagasy de développement économique - Peu de réalisations concrètes
  • Team building à Mantasoa - Au bord d’un lac artificiel entouré d’énigmes
  • Energie verte - Mialy Rajoelina, leader de l'Afrique
  • Gouvernement - Un « team building » sous le signe de l’hypocrisie
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Grosse inquiétude sur le salaire de février

La Une

Editorial

  • Mauvais augure
    Signal raté. De source bien informée, les autorités en tant que supérieurs hiérarchiques, auraient (le conditionnel est de rigueur) refusé la démission du directeur général de l’Autorité de la régulation des marchés publics (Armp), Philibert Tovoherihavana. En effet, le Dg de l’Armp, sous la pression des attaques virulentes de l’opinion à travers les réseaux sociaux et celles de la presse audio-visuelle et écrite, aurait (toujours au conditionnel) déposé auprès de madame le ministre des Finances et du Budget (Mfb) la demande qu’il soit écarté de ses fonctions. Le Mfb, Mme Vonintsalama Andriambololona, le patron, aurait apposé une fin de non-recevoir à la requête.  A notre humble niveau et si les erreurs s’avéraient exactes, nous ne pouvons que reconnaître la noblesse d’esprit du Dg incriminé. Il mettrait en avant le respect de l’éthique et de la déontologie de la responsabilité. Une charge aussi complexe que stratégique comme celle de la gestion…

A bout portant

AutoDiff