Publié dans Politique

Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens

Publié le jeudi, 12 octobre 2017

Restée pendant un long moment dans sa tour d'Ivoire (au pays ou à l'étranger), la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina a enfin daigné faire parler d'elle à travers des dons remis par son équipe. Un geste sur fond de maladresse qui n'a fait qu'attiser davantage les critiques à l'endroit de la « First Lady » malgache.

En cette période de forte propagation de l'épidémie de peste, l'épouse de Hery Rajaonarimampianina a attendu que le nombre de morts dépassent la cinquantaine pour se manifester. Comme à son habitude, elle n'a pas voulu s'engager directement. Ce fut donc à travers une « équipe » que la Première Dame a octroyé hier des dons au profit du Centre hospitalier anti - pesteux d'Ambohimiandra (Chapa) ainsi que l'Hôpital de Befelatanana qui accueillent les malades de la peste.
Mais au lieu de faire bonne figure auprès de l'opinion publique, après cette remise de dons, la Première Dame et son équipe se sont, une fois de plus, enfoncées dans une erreur monumentale. En effet, en observant attentivement les photos publiées sur les réseaux sociaux, l'on ne pouvait faire l'impasse sur les logos des Nations Unies affichés sur les récipients qui contenaient certains des produits de soins et médicaments offerts par la « Fisrt Lady » malgache.
Solution trop facile
D'après le communiqué diffusé par l'équipe de communication de la Première Dame, les dons visaient à renforcer la prise en charge des malades de la peste ainsi qu'à équiper les médecins. Les dons étaient notamment composés de 2 500 flacons de Streptomycine, 2 500 boîtes de Waterinjection, 38 boîtes de 100 seringues 5cc,10 boîtes de 100 Doxycicline, 200 boîtes de 100 Cotrimoxazole, 100 boites de 100 Paracetamol, 40 kg de bidon d'hypochlorite, 50 000 pièces de Gants en latex, 2 000 pièces de masque Ffp2, 500 pièces de Gentamicine, entre autres.Des dons dont la plupart, pour ne pas dire la totalité, viennent des partenaires internationaux dont les Nations Unies que la Première Dame s'est donc appropriée et que son équipe n'a pas oublié de remercier. Une solution trop facile qui remet sérieusement en doute la sincérité de son geste.
Force est d'ailleurs de se demander si une telle initiative vient effectivement de la conjointe du chef de l'Etat, ou était juste une opération de communication destinée à faire taire les critiques à son encontre. En effet, depuis l'accession de son mari à la Présidence du pays, la Première Dame n'a pas vraiment brillé par ses rôles de mère de la Nation malgache. Au contraire, la patronne d'Iavoloha s'est souvent effacée de la scène sociale releguant souvent le « sale boulot » à sa fameuse équipe. Des mauvaises langues ont même laissé entendre que la Première Dame, qui aurait déjà quitté la Grande île depuis plusieurs jours, serait déjà en train de préparer ses valises en vue de rejoindre son président de mari pour un imminent déplacement à Rome, en
Italie. Là - bas où un cadre moins hostile et surtout loin de la peste les attend !
Sandra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff